REFLEXION

Pas content, il réclame ses 24 milliards

UN PROMOTEUR D’ORAN, M.EL HASSAR GHOUTI NOUS ECRIT



Pas content, il réclame ses 24 milliards
Suite à la publication de l’article « 11 promoteurs immobiliers écartés par le wali d’Oran », le promoteur, monsieur El Hassar Ghouti, dont l’entreprise est  citée dans cet article n’est pas content  de ce qui a été  écrit  par notre correspondant. Soucieux d’éclaircir à l’opinion publique les dessous de cette affaire, M. El Hassar Ghouti  nous a rendu visite pour nous remettre  une très longue  réponse. D’un air  élégant et poli, ce Promoteur  se dit victime de ses souscripteurs qui lui ont causé un préjudice de 24 milliards. Une arnaque commise, selon lui, par des individus qui prétendaient à un logement mais avaient été exclus par la justice.  Et même la rédaction se demande si son correspondant à Oran  M.Medjadji, ne s’est pas fait lui aussi arnaqué par ces gens, qui lui ont fait croire qu’ils sont les vraies victimes. Mais ce que nous savons sur notre correspondant, c’est que celui-ci est un professionnel, qui n’écrit jamais sans preuves tangibles à part s’il a oublié ses lunettes lors de son interview. Qui a raison ? Et qui a tord !? C’est au wali d’Oran de le découvrir, lui qui a félicité ce promoteur pour son sérieux et son dévouement pour son travail, selon les témoignages  du promoteur. Notre correspondant a fait gaffe de citer seulement son entreprise parmi les 11 incriminées, que notre bon promoteur dément faire partie. On pense que notre correspondant a voulu constituer une équipe de Football avec 11 joueurs, mais il n’avait que 10 et avait besoin d’un gardien de but. Mais notre malheureux gardien a vraiment encaissé des buts, au nombre de 24(milliards) et l’équipe de notre correspondant a perdu 24 à 0. Le Zéro est celui des souscripteurs qui ont voulu se loger sans payer un  sou. Alors qui payera ? Surement pas notre correspondant… !           La Rédaction

Voici l’extrait intégral de sa lettre :  
Comme suite à votre article en date du 10 décembre 2011 apparu dans votre journal dans la page 08 écrit par le journaliste Mr Medjadji. J’ai le regret de vous rappeler la déontologique du journaliste qui impose la vérification  des informations avant du publier un article, qui porte préjudice sur plan moral et physique à un promoteur qui n’a ménage aucun effort pour protéger sa réputation professionnelle. Pour revenir au fond de votre article, je porte à votre connaissance que certains acquéreurs exclus par plusieurs procédures de justice font tout pour créer une association pour exercer un chantage contre le promoteur pour une réintégration. D’autre acquéreurs défaillants sur le plan financier puisqu’ils n’ont pas honorés leurs engagements dans  le cadre d’une vente sur plan actes (V.S.P) et restent redevable auprès du promoteur de la somme totale de (240.000.000 DA) deux cent quarante millions de dinars algérien montant visé par le commissaire au compte, chaque client sait ce qui lui reste à verser au promoteur conformément a son acte V.S.P toutes les avances ont été faites par versement bancaire auprès de la C.P.A. Devant cette insolvabilité des acquéreurs, le promoteur à été contraint  de prendre un crédit auprès de la banque C.P.A  à un taux de 06% pour éviter d’arrêter le chantier et pour faire face aux factures des entreprises qui réalisent des travaux dans le programme de logements L.S.P. Un dossier à été adressé à Monsieur le Wali pour l’informer de cette situation. J’ai même dit à ces acquéreurs que cette situation me rend malade car je suis piégé dans un engrenage, entre l’objectif d’achever rapidement ce programme qui est à un taux d’avancement global de 62% et les procédures de recouvrement qui me prennent beaucoup de temps pour assurer le financement de ce chantier. Le projet est important, il comporte 210 logements L.S.P avec un parking sous sol de 5200 M2 pour environ de 200 véhicules, une loge gardien, une mosquée et d’autre. Les logements son réaliser avec dalle de sol, faïences dans les salles d’eau, boiserie 1 er choix en bois rouge, loge gardien. Ce projet est identique à la résidence Yasmine à Akid Lotfi  qui a reçu le premier prix dans un  concours organisé par la Wilaya d’Oran. J’ai demandé à ces acquéreurs de m’aider pour le recouvrement des créances pour achever ce programme dans les meilleurs délais. Au lieu de m’aider ces acquéreurs cherchent à créer des problèmes pour ne pas payer leurs logements et influencer les acquéreurs pour suivre leur mouvement de contestation. Le projet a connue une densification ordonné par le comité technique de la Wilaya d’Oran pour augmenter le nombre de logements L.S.P mon projet est passé de 166 à 210 logements. Il fallait refaire les études techniques. Cette situation m’a retardé. J’ai été très patient avec mes acquéreurs dans le paiement du logement ; le prix est resté plafonné à 2 500 000 DA alors que le prix des matériaux augmente tous les jours. Concernant la garantie F.G.C.M le promoteur était dans l’obligation de déclarer le cout global prévisionnel du projet des logements pour permettre au fonds de garantie de calculer le montant de l’assurance. J’ai payé une assurance sur un montant total alors que les acquéreurs et la C.N.L n’ont pas versé toute somme jusqu’à présent. Tous les actes V.S.P des acquéreurs ont été établis par Me Diabi Brahim notaire à Oran sauf pour les cas qui ont été exclus par des procédures de justice ou d’autre qui n’ont pas l’accord CNL. J’ai restitué l’argent des acquéreurs exclus par voie de l’huissier de justice et je n’ai  même pas retiré mes frais de justice ou d’autre qui n’ont pas jusqu’à présent la décision de la CNL. Quand au crédit bancaire, j’ai déposé les dossiers de crédit des acquéreurs auprès de la C.P.A agence Gambette depuis 2008. Ces dossiers ont trop tardé ce qui m’a obligé à prendre un crédit de fonctionnement à un taux de 06% garantie par mes biens personnels. J’ai écrit une lettre à ces acquéreurs la semaine dernière pour les mettre en garde contre toute diffamation et démarche qui portent un préjudice à la bonne marche du chantier. J’ai envoyé depuis deux ans plusieurs mise en demeure par huissier de justice aux clients pour leur permettre d’assumer leur engagement financier pour éviter l’annulation par voie de justice de leurs actes V.S.P j’ai été très cléments envers eux. Un chantier ne peut jamais avancer sans financement des acquéreurs qui ont toutes les assurances des autorités F.G.C.M. et actes V.S.P et assurance du chantier. Je demande à ces acquéreurs de payer leurs logements pour accélérer la cadence des travaux. 5 blocs sont en états d’achèvement et 04 blocs sont à un taux de 60% mais je suis obligé de livrer toute la résidence pour avoir le certificat de conformité, conformément à la réglementation en vigueur. Le mépris vient des gens qui ne veulent pas honorer leurs engagements contractuels et lancent de fausses informations et diffamations. Dans toutes les mises en demeures adressées par le promoteur aux acquéreurs il a été précisé que tout retard de paiement entraine un retard de livraison. Si on se mobilise tous pour faire face ensemble à nos engagements cette résidence sera livrée en 2012. Je reste à votre disposition pour toute information complémentaire. Je vous saurai gré des dispositions que vous voudriez bien prendre dans ce cadre.         Le Promoteur M. El Hassar Ghouti



Réflexion
Mardi 20 Décembre 2011 - 11:11
Lu 1579 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+