REFLEXION

PROTESTATION DEVANT LE SIEGE DE LA WILAYA DE RELIZANE : Le problème du S 12 se pose avec acuité



PROTESTATION DEVANT LE SIEGE DE LA WILAYA DE RELIZANE : Le problème du S 12 se pose avec acuité
Une cinquantaine de citoyens se sont rassemblés devant le siège de la wilaya de Relizane, pour dénoncer ce qui se passe à l’état civil de la mairie de Relizane. Ils dénoncent le laxisme dont font preuve les responsables communaux chargés de l’établissement du fameux extrait de naissance S 12, nouveau sésame pour pouvoir se faire délivrer un passeport. Ainsi, après les tracasserie du visa au niveau des consulats de France en Algérie, voilà que ce document est devenu la toison d’or tant recherché par les jeunes algériens. Certains citoyens n’ont pas hésité à déclarer que la pénurie du S 12 qui frappe le service d’état civile de la commune de Relizane depuis déjà deux mois, est inadmissible et ne cesse de poser des interrogations. Un jeune affirme s’être procuré le sésame moyennant une somme de 400 DA. Il était obligé déclare t-il. Devant cette situation inédite, et l’absence de communication, les citoyens se sont rassemblés devant le siège de la wilaya pour attirer l’attention du chef de l’exécutif afin d’instruire les services concernés à mettre un terme à ce problème. Selon nos interlocuteurs, le problème se pose aussi pour l’extrait de naissance « normal » n° 12. Ces derniers mois, ce phénomène s’est accentué, notamment en ce qui concerne la délivrance d’ l’extrait de naissance S12 exigé pour la constitution du dossier du passeport et de la carte d’identité nationale biométriques. Si les agents se démènent comme ils peuvent pour satisfaire une population fort consommatrice de ce document, il n’en demeure pas moins que les autorités municipales n’arrivent toujours pas à faire face à cet afflux quotidien remarqué au niveau des guichets ouverts à cet effet. Le service d’état civil de la mairie de Relizane ne fait pas exception, connaissant la caractéristique de nos administrations qui, pour la moindre demande d’un document, il est exigé de vous d’effectuer le parcours du combattant.L’autre tare qui complique la gestion de l’état civil dans toutes nos communes c’est le passe-droit auquel tout le monde veut recourir. Ce comportement, selon de nombreux protestataires met les employés dans de mauvaises postures. Dès lors qu’on travaille à l’APC, on est sollicité de partout et par tout le monde, la famille, les voisins, les copains et toute personne qui connaîtrait une de vos relations. Il est vrai que ce comportement incivique n’est pas le propre de l’administration algérienne, mais il reste qu’il provoque à chaque fois de petites révoltes parmi les gens qui sont là à ronger leur frein en attendant leur tour et voient quelqu’un, passant par ces voies détournées, emporter la pièce administrative sans même daigner s’approcher du guichet. Alors comment gérer une situation qui s’apprête au quotidien à dégénérer, chaque fois que le fameux S12, n’est pas disponible.

B.Nacer
Mardi 12 Octobre 2010 - 00:01
Lu 728 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+