REFLEXION

PROTECTION DU CONSOMMATEUR : Une soixantaine d’abattoirs clandestins recensés dans la périphérie



Les nombreuses opérations coup-de-poing des services concernés par la lutte contre l’abattage clandestin, les saisies périodiques de viandes et les arrestations de plusieurs bouchers clandestins dans les localités périphériques de la ville ne semblent aucunement décourager les barons de l’abattage clandestin à Oran. Bien au contraire on assiste, ces derniers mois, à une prolifération des abattoirs clandestins dans la périphérie notamment à cause de la hausse vertigineuse des prix des viandes rouges et blanches ce qui a poussé les consommateurs à se rabattre sur les boucheries illicites. Les nombres de points d’abattages illicites sont estimés désormais à 60, selon des sources bien informées. Ces abattoirs clandestins sont le plus souvent situés dans les communes de Hassi Bounif, Hassi Amer, Es Senia et Mers El Kebir. Nombreux habitués de ces points de vente illégaux assurent que l’abattage clandestin a de beaux jours devant lui à Oran. La cherté des prix des viandes proposées dans les boucheries a finalement convaincu les consommateurs à acheter la viande issue de ces abattages et qui est proposée à un prix plus abordable. La différence entre les prix proposés par les bouchers clandestins et ceux autorisés n’est toutefois pas importante, précise-t-on. Cette viande incontrôlée peut être une source de maladies, notamment les zoonoses qui risquent de nuire à la santé des consommateurs, avertissent les services vétérinaires. Le phénomène de l’abattage clandestin s’est banalisé dans certaines localités à l’exemple de Hassi Bounif, Douar Boudjemâa et Hassi Amer. Ces bouchers clandestins ont ouvert des locaux où ils exercent leur activité illicite en toute quiétude. Que ce soit à la sortie de la localité de Hassi Bounif ou à la rentrée de Douar Boudjemâa ou de Hassi Amer, les produits de l’abattage clandestin ne sont plus exposés sur des tables ou accrochés à des arbres mais dans des locaux bien aménagés. Les carcasses de moutons sont accrochées aux portes de ces locaux équipés avec des réfrigérateurs et autres équipements de boucherie. Désormais les bouchers clandestins ne se cacheront plus.  
                 

Medjadji. H
Vendredi 20 Septembre 2013 - 22:00
Lu 60 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+