REFLEXION

PROTECTION DU CONSOMMATEUR : Infractions constatées dans la vente de viande hachée

Le consommateur algérien en a connu des péripéties avec la viande hachée. Le mépris pour le consommateur est étalé au grand jour. De plus en plus habitué à ce genre de comportement, l’acheteur n’en fait plus cas. Pire encore, en cas de réclamation, il est vite privé de sa marchandise. Un petit tour des boucheries à Mostaganem, que ce soit à l’intérieur du marché couvert ou dans les quartiers périphériques de la ville rappelle que la législation existante est bafouée.



PROTECTION DU CONSOMMATEUR  : Infractions constatées dans la vente de viande hachée
L’hygiène n’est pas la seule plaie de nombreux bouchers. Le non respect de la chaine de froid est encore plus dramatique. Ne prenant en considération que la logique du profit, ils n’hésitent pas à éteindre leur frigo pour augmenter leur marge bénéficiaire de quelques dinars. Les intoxications alimentaires sont nombreuses à cause de cette pratique surtout en été, qu’elles soient dues à la viande ou bien à d’autres produits. Pour ce qui est de la viande hachée, le cas est encore plus dangereux. Cette pratique strictement interdite est toujours de mise même en période estivale. Le risque d’intoxication étant plus grand. Interrogé, un boucher se contentera de dire « C’est pour aller plus vite, à un moment de la journée, il y trop de clients, c’est pour faciliter la vie, et que je puisse servir tout le monde ». Une réponse qui démontre le peu de souci pour la santé du consommateur et le manque d’information quant à la législation en vigueur. La loi est pourtant claire à ce sujet. Selon l’arrêté interministériel du 29/09/1999 relatif à la préparation et la consommation de la viande hachée à la demande, des règles strictes doivent être respectées. La viande devant être hachée doit être choisie minutieusement. Ainsi, elle doit être exempte d’abats, et de tissus adipeux de réserve de parties aponévrotique, de chutes, de déchets de parage et de plaie de saignée, de parties tendineuses et de viande de la tête. De même que le découpage à l’avance en menus morceaux de pièces de viande destinées à être hachés à la demande est interdit. Pour ce qui est de la conservation de la viande destinée au hachage, elle doit être entreposée sous froid à une température, comprise entre 0, et 3° jusqu’au moment même de son hachage. Quant à servir cette viande dans du plastique ou dans un papier kraft, cela ne doit en aucun cas être fait. En effet, selon l’article 06 de cette loi, le conditionnement et l’emballage des viandes hachées à la demande doivent se faire dans du papier cellophane. S’agissant de l’entretien des instruments des appareils et tous les ustensiles utilisés pour le hachage des viandes rouges, une procédure doit être respectée. Ils doivent être en matériaux résistant à la corrosion et maintenus en parfait état d’entretien et être régulièrement et soigneusement nettoyés avec de l’eau chaude ( + 82°C) et désinfectés chaque fois qu’il est nécessaire et obligatoirement en fin de travail. En cas d’infraction à ces dispositions, les bouchers réfractaires seront réprimés par l’application des sanctions prévues par la législation en vigueur, notamment celle relative à la protection du consommateur et à la répression des fraudes. Il ne reste aux consommateurs que la faire valoir leur droit.

T.B.Aek
Lundi 23 Mai 2011 - 11:42
Lu 710 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+