REFLEXION

PROPAGATION DE LA FIEVRE APHTEUSE : Les marchés à bestiaux du pays, fermés par précaution



La fermeture des marchés à bestiaux, en vigueur depuis jeudi dernier à la faveur d’un arrêté signé par le wali, ne semble pas freiner la propagation de la maladie dans la wilaya de Tizi Ouzou. En effet, en moins d’une semaine, l’inspection vétérinaire de Tizi-Ouzou a enregistré  17 foyers de fièvre aphteuse et 111 bovins contaminés par cette maladie dans  la wilaya, selon un bilan rendu public dimanche. Des trois foyers enregistrés du mardi à jeudi dernier dans trois communes Imsouhal, Azazga et Boghni la maladie s’est propagée jusqu’à ce dimanche dans 13 communes avec 17 foyers. Conséquence de cette épidémie, le Ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Abdelouhab Nouri, a annoncé dimanche à Sétif la mise en œuvre par son département de deux mesures exceptionnelles portant interdiction du déplacement des animaux sans autorisation vétérinaire et la fermeture de tous les marchés à bestiaux du pays pour éviter la propagation de la fièvre aphteuse. Dans un point de presse, tenu au siège de la daïra de Bir El Arch en présence des autorités locales, M. Nouri a affirmé que cette maladie «dangereuse et contagieuse est préjudiciable au cheptel du pays et à l’économie nationale». Il est utile de rappeler que sur les 80.000 doses de vaccin contre la fièvre aphteuse demandées par les propriétaires de cheptel bovin à Tizi Ouzou seulement 40.000 avaient été distribuées dans la wilaya avant l’apparition de cette maladie. De trois cas de bovins on est passé à 111 bovins contaminés, dont  57 ont déjà fait l’objet d’un abattage sanitaire au niveau de trois abattoirs,  retenus à cet effet, à savoir ceux de Tizi-Ouzou, Boghni et Azazga. Tandis que l’abattage du reste  du cheptel est prévu pour lundi, selon la même source. «Cette propagation est due à l’acquisition, par les éleveurs de ces wilayas, de bovins qui leur ont été vendus par les éleveurs de la daïra de Bir El Arch (Sétif). La situation est grave et le pays est en danger. Si on ne parvient pas à éradiquer cette maladie, ce sera une véritable catastrophe pour l’Algérie», avertit le ministre de l’Agriculture et du Développement rural.                       

AS. Mohsen
Lundi 4 Août 2014 - 19:30
Lu 146 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 06-012-2016.pdf
3.51 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+