REFLEXION

PROGRAMMES DE DEVELOPPEMENT A MOSTAGANEM : Faute de financement, des communes accuseront des retards

C’est dans un contexte de crise, que des communes à travers la wilaya de Mostaganem, classées comme pauvres peinent à faire décoller leurs programmes quinquennaux 2013-2017. Il est utile de mentionner que la situation financière de ces communes n’arrange pas les choses, si on sait que la plupart des communes doivent attendre l’approbation de leurs propositions dans le cadre du PCD et PSD.



A plusieurs reprises, ces communes ont été confrontées à un manque de financement pour certains de leurs projets. A l’exemple de la commune de Khadra qui n’arrive pas à concrétiser les projets promis aux citoyens et proposés à la réalisation dans le cadre des différents programmes de développement (PCD,PSD) à cause justement du manque  de ressources financières, nous  dira un responsable qui préfère garder l’anonymat. ‘’Nous avons besoin d’une aide des pouvoirs publics et de la wilaya, pour réaliser les projets que nous avons exposés au cours des séances de briefing à la wilaya », a-t-il souligné. Rien que pour des projets de mise à niveau, traditionnels comme le revêtement du sol, où l’aménagement urbain, il y a lieu de noter qu’ils sont parfois financés par le budget communal, le budget de wilaya et les PCD. Cela, si on excepte les projets sectoriels qui sont financés par les ministères, où les directions exécutives locales. Le financement des projets des programmes quinquennaux est loin d’être une simple sinécure, c’est dire combien tous ces grands projets doivent être onéreux pour le trésor public. La majorité écrasante des communes pauvres à travers la wilaya se contentent  de programmes de mise à niveau classique. On peut dire que ce sont pratiquement les mêmes projets qui reviennent dans l’agenda de ces communes chaque année, à cause de leur budget maigre, comme l’éclairage public, l’eau, l’électricité, l’assainissement et le bitumage des routes. Les opérations PCD, dont les enveloppes financières sont octroyées à la fin de chaque année sont une véritable bouffée d’oxygène. Il existe des communes qui ne dépassent pas 2 ou 3 opérations PCD par an. Pourtant, dans ces communes les problèmes sont nombreux. Cela concerne notamment la mise à niveau résultant de l’exode et des extensions de constructions. Le problème relatif au manque de financement, dont parlent sans cesse des élus au sein de quelques assemblées communales locales est pertinent. Ces élus disent attendre un geste, mais ce qu’ils disent tout bas, les citoyens de leurs communes le disent ouvertement. 

Tayeb Bey Aek
Mercredi 8 Janvier 2014 - 16:31
Lu 162 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+