REFLEXION

PROCES DE RAFIK KHALIFA, ACTE II : 75 accusés, 300 témoins dont 3 ministres et le SG de l’UGTA appelés à la barre

Soixante-quinze accusés et trois cents témoins appelés à comparaître aujourd’hui, 2 avril, devant le tribunal criminel près la Cour de Blida. Six ans après le premier procès, le système "mafieux" instauré par Rafik Khalifa sera à nouveau jugé, toujours en l'absence du principal intéressé, détenu en Grande-Bretagne.



PROCES DE RAFIK KHALIFA, ACTE II : 75 accusés, 300 témoins dont 3 ministres et le SG de l’UGTA appelés à la barre
Parmi les témoins : le ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci (ancien ministre des Finances), le ministre des Finances, Karim Djoudi, le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, Abdelmadjid Tebboune, et le secrétaire général de l’UGTA, Abdelmadjid Sidi Saïd, rapporte l’agence APS. L’affaire Khalifa Bank sera ainsi, rejugée en appel  aujourd’hui mardi au tribunal criminel près la Cour de Blida, six années après le premier procès tenu en mars 2007, au niveau du même tribunal qui avait condamné le principal accusé dans cette affaire, Abdelmoumène Rafik Khelifa, à la prison à perpétuité par contumace. Ce nouveau procès a été programmé après prolongement de la première session ordinaire de l’année 2013 du tribunal criminel de Blida (du 21 janvier au 28 mars), dont la durée a été prorogée sur décision du procureur général, M. Boumediene Bacha, après l’approbation par la Cour suprême, le 19 janvier 2011, des pourvois en cassation introduits par la défense et par le ministère public. Une cinquantaine de personnes constituant la partie civile dans cette affaire sont, également, concernées par ce pourvoi en cassation. Le premier procès, tenu en mars 2007, dans l’enceinte de ce même tribunal s’est achevé par la prononciation de peines allant d’une année à 20 ans de prison, et la relaxation d’une cinquantaine de personnes, parmi les 94 prévenus jugés en comparution. Dix (10) autres accusés avaient été condamnés par contumace. Les chefs d’accusation retenus contre eux étaient “constitution d’une association de malfaiteurs”, “vol qualifié”, “escroquerie, abus de confiance” et “falsification de documents officiels”. Pour rappel, la justice avait été saisie de cette affaire après que la Banque d’Algérie eut constaté un découvert de 3,2 milliards de dinars dans “la caisse principale de Khalifa Bank”, qui fut la première banque privée en Algérie. “Le principal accusé dans cette affaire, Abdelmoumène Rafik Khelifa, n’est pas concerné par ce second procès”, avait indiqué récemment à l’APS, l’adjoint principal du procureur général près la Cour de Blida, M. Zerkerras Mohamed, qui a expliqué que “Abdelmoumène Khelifa avait déjà été condamné à la perpétuité par contumace, et de ce fait il ne peut être rejugé dans une même affaire, sauf s’il venait à introduire un pourvoi en cassation”.

Ismain
Mardi 2 Avril 2013 - 10:09
Lu 607 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+