REFLEXION

PRIVATISATION DE L’INDIMED: LES TRAVAILLEURS DE L’UNITE DE MOSTAGANEM DENONCENT : 2000 travailleurs menacés par le chômage



PRIVATISATION DE L’INDIMED: LES TRAVAILLEURS DE L’UNITE   DE MOSTAGANEM DENONCENT : 2000 travailleurs menacés par le chômage
Les cadres et travailleurs de l’entreprise nationale de distribution de médicaments en détail, unité de Mostaganem, interpellent son excellence Monsieur le président de la République pour mettre fin au plan de privatisation de l’entreprise comme il a été laissé entendre par le ministre de l’industrie, de la promotion des investissements et de la PME, M. Mohamed Benmeradi, lors de la séance questions-réponses à l’assemblée nationale populaire. Le ministre a avancé comme date limite de la mise en application du plan de privatisation de plus de 900 officines pharmaceutiques qui emploient actuellement pas moins de 2000 employés, avant la fin de l’année en cours. Les travailleurs de l’unité Endimed de Mostaganem qui gère 256 officines pharmaceutiques, réparties à travers les wilayas de Mostaganem, Relizane, Mascara, Tiaret, Tissemsilt, El-Bayadh et Naâma, considèrent que la décision de privatiser leur entreprise, comme un suicide collectif de plus de 2000 familles, du fait qu’ils n’ont aucune autre ressource pour subvenir aux besoins de leurs familles respectives et malgré les grands sacrifices consentis par le collectif des travailleurs à l’effet de préserver leur entreprise de toute crise et son maintien dans un état d’équilibre financier, où l’ensemble des indicateurs sont au vert grâce à la vigilance des travailleurs et des cadres de l’unité Endimed. La lettre adressée au président de la République fait état de plusieurs tentatives de privatisation à l’échelle nationale de groupes d’officines pharmaceutiques relevant d’Endimed et qui n’ont pas abouti. Toutes expériences ont été vouées à l’échec et n’ont pas atteint les objectifs escomptés. En plus des résultats négatifs enregistrés dans ces opérations, ces dernières ont été à l’origine de plusieurs expulsions arbitraires des travailleurs décidées par le nouveau patron de l’entreprise nationale. Les travailleurs attirent l’attention de la plus haute autorité du pays d’être vigilante quant à ce genre d’opération et qu’il serait plus judicieux de mettre en place tous les moyens appropriés pour que ces mesures doivent être accompagnées par d’autres qui permettront de préserver les acquis des travailleurs et leur garantir l’avenir notamment ceux qui sont liés par des contrats à durée indéterminée (CDI), qui ne peuvent être écartés de leur travail conformément à la loi n° 11/90 du 21 avril 1990 qui fixe les modalités des fins de contrats liant les deux parties sauf pour des cas biens définis tels: La démission, un handicap, retraite ou décès.

Larbi
Dimanche 1 Août 2010 - 11:10
Lu 659 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+