REFLEXION

PRISON DE REAU EN FRANCE : Un ancien terroriste du GIA tente de s’évader

Détenu à la prison de Réau en France, Smaïn Ait Ali Belkacem ancien terroriste algérien du GIA a tenté avec un autre détenu de s’évader sans succès de la prison en utilisant de l’explosif pour faire sauter une porte.



Deux détenus ont été interpellés et placés en garde à vue après une tentative d’évasion présumée. Parmi ces détenus, un ancien membre du GIA, Smaïn Ait Ali Belkacem. Cet homme, considéré comme l'un des artificiers du Groupe islamique armé, est l'un des principaux responsables des attentats de 1995 en France. Il a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité. L'autre détenu, âgé de 25 ans, est un braqueur. "Il ne s'agit pas d'Antonio Ferrara", actuellement incarcéré à Réau, a fait simplement savoir une source judiciaire.Les faits se sont produits dimanche en fin de journée alors que les deux détenus se trouvaient dans la cour de promenade. Plusieurs importantes détonations ont été entendues. Des fumigènes ou des pétards avaient été évoqué dimanche par des sources judiciaires. Mais ce sont bien des explosifs qui sont à l’origine de ces détonations, selon les informations recueillies par Europe 1. Smaïn Ait Ali Belkacem et son complice, incarcérés le quartier de haute sécurité, où sont enfermés les criminels les plus dangereux, se sont alors réfugiés dans un gymnase. Le périmètre a été sécurisé et des membres de l’équipe régionale d’intervention et de sécurité (ERIS) sont intervenus vers 21h00. "Ils ont maîtrisé les deux détenus. Il n'y a pas eu d'incident, pas de mutinerie, pas de blessés", a fait savoir une source judiciaire. Une enquête en flagrance a été ouverte, "au moins pour association de malfaiteurs", selon la même source. La brigade criminelle de la police judiciaire de Versailles est chargée du dossier. Elle devra déterminer la nature précise des explosifs utilisés et la façon dont les détenus ont pu se les procurer. Reste que les deux hommes avaient encore du chemin à parcourir avant de prendre la poudre d’escampette. La charge utilisée n’a même pas permis de briser la porte visée et il restait, de toute façon, encore un certain nombre de portes et de grilles à franchir pour sortir de la prison.

Ismain
Mardi 12 Mars 2013 - 09:08
Lu 349 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+