REFLEXION

PRISE EN CHARGE DES PERSONNES AGEES A LEURS DOMICILES : Formation de 600 assistants sociaux à Oran

La direction de l'action sociale d’Oran a initié la formation de 600 assistants sociaux, qui auront à s’occuper des personnes âgées à leurs domiciles à travers le territoire de la wilaya d’Oran. L’opération a été lancée pour adapter cette profession à l’environnement social et ajuster les modes de formation pour ceux qui souhaitent travailler comme assistants sociaux.



L’opération se fait en coordination avec le ministère de tutelle, alors que l'expérience de ce programme est typique à la wilaya d’Oran, pour la première fois et que cette opération a été réalisée dans le cadre d'un contrat de travail avec l'association « Chougrani », qui se chargera de l'organisation et la gestion des procédures et qui sera sous la supervision de la Direction de l'activité sociale, selon la même source. Par ailleurs, il y a lieu de rappeler que la préparation pour mettre en œuvre ce programme, a été lancée depuis le mois de juin de l'année précédente, alors que toutes les personnes concernées par cette opération ont entrepris leur tâche d’assistants aux personnes âgées à travers la wilaya, et ce par leur affectation à travers les différentes daïras et communes, pour qu’ils fournissent des soins aux personnes âgées sur une base régulière par le biais de visites régulières pour répondre à leurs besoins. La réservation de 600 postes, était une première étape en attendant le cadre juridique pour l’exercice  de cette nouvelle fonction dans notre société et à identifier les moyens et les conditions de formation, qui lui sont dévolues, et qui sont  particulièrement nécessaires à la lumière de la faiblesse de la qualité des soins pour les personnes âgées en Algérie à  cause du manque de centres spécialisés pour une meilleure prise en charge médicale et sociale,  surtout que certains cas de personnes âgées ne nécessitent pas leur intégration dans de telles institutions, mais simplement une assistance et une visite régulière, qui permettent de les garder à leur domicile, au lieu de les transférer dans les maisons de vieillesse ou « Diar Errahma », précise la même source.

Touffik
Mercredi 18 Février 2015 - 09:35
Lu 504 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+