REFLEXION

PRISE EN CHARGE DES PERSONNES A GEES : Les structures d’accueil ne répondent pas aux attentes

Le nombre de structures d’accueil des personnes en détresse morale dans une wilaya comme Mostaganem demeure, de l’avis de spécialistes, insuffisant et ne répond pas aux attentes de cette catégorie de la population tous statuts sociaux confondus.



Les établissements dédiés à la prise en charge des personnes âgées, des toxicomanes ou des filles-mère sont devenus primordiaux dans une région où l’accroissement urbanistique conjugué à une démographie galopante a donné lieu à des phénomènes inconnus. Les rares infrastructures déjà existantes à travers la wilaya de Mostaganem destinée à cette frange de la société déshéritée est insuffisante. Cependant, malgré les efforts considérables consentis dans ce domaine, par la direction de l’action sociale et de la solidarité (DAS), force est de constater que le retard de la réalisation d’autres infrastructures qui a duré des années, n’arrête pas de pénaliser cette catégorie de la société et leur sort demeure tributaire de la mise en place de tout un programme et une révision en profondeur des dispositions juridiques pour leur garantir une vie décente. Par ailleurs, la loi en faveur des personnes âgées, votée en décembre 2010 par le parlement, est le fruit d’un combat qui a été mené par tous pour y aboutir car le nombre des personnes âgées augmente avec le progrès social et l’évolution des sciences médicales, La plupart sont âgées généralement de plus de 60 ans. Mais le plus dur reste à faire car cette loi peine à être appliquée sur le terrain, faute de textes d’applications. Notons que la loi en question concerne et se limite qu’aux personnes démunies sans attaches familiales. Elle doit être complétée pour les personnes aux revenus moyens. Il reste pour cette loi, des textes d’application pour les aides à domicile, le maintien en milieu familial, la mise en place des dispositifs d’assistance. Enfin les personnes âgées elles sont une catégorie de la société de plus en plus importante en nombre et qui a le droit à la dignité et surtout de vieillir sans culpabilité et sans exclusion sociale. La loi implique, en effet, l’Etat et les collectivités locales, le mouvement associatif, ainsi que toute personne de droit public ou privé susceptible d’apporter sa contribution à la défense et à la préservation du 3ème âge. En somme, c’est l’égalité de traitement pour toutes les personnes âgées qui est revendiquée.

Tayeb Bey Aek
Vendredi 22 Novembre 2013 - 16:41
Lu 109 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+