REFLEXION

PRETENDANT ETRE BATTUE ET KIDNAPPEE : La plaignante trahie par ses appels téléphoniques

Appelée à la barre pour relater les faits de son kidnapping, la victime dit avoir été enlevée dès sa sortie du bain maure « Sidi Laadjel » situé au centre de la ville d’Oued El Kheir. Perdant connaissance suite à l’inhalation d’un produit dont le mouchoir mis sur son nez était imbibé, les yeux bandés et mise à l’arrière d’un véhicule, la dame se réveilla au sein d’une maison isolée à Mazagran !



Tels ont été les propos de la victime, répondant aux initiales de  B.M, âgée de 20 ans, originaire de la commune d’Oued El Kheir qui a déclaré, à la cour criminelle de Mostaganem, lors de son audience du jeudi dernier, avoir fait l’objet d’un rapt en date du 06 Mars de l’année 2015. Une affaire délicate encore rejugée. La dame en question a confirmé, toujours avoir été enlevée et qu’en cette journée où a eu lieu l’enlèvement, elle a accompagné les filles de son oncle maternel, dont l’aînée était une nouvelle mariée, au bain maure de la ville. Elle fut par la suite, appelée par une femme qui l’informa qu’un membre de sa famille vient de décéder. Elle s’habilla à la hâte et dès sa sortie du hammam, elle fut « happée » par un individu qui lui mit un mouchoir imbibé d’un produit, lui faisant perdre connaissance. Totalement inconsciente et évanouie, avec les yeux bandés, elle ne reprit connaissance qu’au sein d’une maison isolée à la ville de Mazagran. Elle fut interrogée par l’un des ravisseurs, le dénommé M.S.A qui l’a brusquée, frappée, la sommant d’appeler son frère, afin de lui recommander le retrait de la plainte du kidnapping de sa sœur cadette répondant aux initiales de B.N et dont il est accusé en être l’auteur. Profitant de l’absence de son complice qui est allé chercher de quoi manger, le deuxième individu, répondant aux initiales d’A.A, libéra la victime l’aidant à fuir. Parvenue à la gare, la femme kidnappée regagna le domicile familial et porta plainte contre ses ravisseurs. L’accusé, le dénommé A.A, âgé de 51 ans, routier de profession, présent également à la barre, déclara ne pas connaitre cette victime et ne l'avoir jamais vu, mais, elle, affirma le reconnaître. Intervenant, la défense assurée par le maître B.H.B, finit par déculpabiliser totalement l’accusé d’une manière fort scientifique, en recourant à l’expertise des appels téléphoniques émis le jour de son « enlèvement ». La victime fut trahie par ces derniers, qui ont été tous localisés en date du 06/03/2015 (le jour de son prétendu kidnapping) et émanaient uniquement de coins situés à la ville de Mostaganem, dont la cité du 05 Juillet et du centre-ville et n’ont jamais été émis du lieu où la dame déclarait avoir été enfermée ! Quant à ses blessures subies, elle s’est automutilée (causées par elle-même) selon l’expertise médicale et n’ont jamais été commises par ses ravisseurs. Après les délibérations, le malheureux a été acquitté par le tribunal, la thèse du kidnapping n’a pu être retenue.

L. Ammar
Samedi 14 Mai 2016 - 16:01
Lu 478 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+