REFLEXION

PRESSE TAMAZIGHT : Grine insiste sur la formation des journalistes



Le ministre de la Communication, Hamid Grine, a réitéré mardi à Alger, l'engagement de son département ministériel pour la promotion du journalisme d’expression Amazighe notamment à travers la formation et la professionnalisation du métier. Intervenant à l’ouverture de la première session de formation interactive des journalistes exerçant en Tamazight, organisé par le Haut-Commissariat à l’Amazighité (HCA), M. Grine a, également, insisté sur la volonté de son département ministériel de prendre une part "active" à la promotion de la langue Amazighe, qui constitue un fondement de l’identité nationale, dans les médias nationaux. Il a rappelé, à ce propos, les efforts fournis depuis des décennies, "parfois dans des conditions difficiles", par des professionnels de la presse, pour rendre la langue  Amazighe "visible" au sein des médias nationaux. Insistant sur la formation des professionnels de la presse d’expression Amazighe, le ministre a estimé que l’élaboration d’un lexique dédié à la presse dans cette langue est un outil "important" dans cette quête pour la promotion de l’usage du Tamazight dans la presse. De son côté, le secrétaire général du HCA, Hachemi Assad, a rappelé que cette formation rentre dans le cadre de la mise en œuvre de la convention de partenariat passée entre le HCA et le ministère de la Communication, en février dernier, visant à promouvoir l’usage du Tamazight dans les médias. C’est ainsi qu’il a assuré les participants (des journalistes d’expression Amazigh), que le HCA continuera à accompagner les professionnels des médias amazighophones pour relever le défi de doter le Tamazight d’un lexique propre aux médias. Le SG du HCA a souligné, dans ce cadre, que "tout sera entrepris pour élaborer un lexique spécialisé dédié exclusivement aux professionnels des médias", assurant, par la même, une continuité dans la formation des journalistes amazighophones. Pour Belkacem Mellah, chargé de la communication au Premier ministère, la promotion du Tamazight est "devenue un fait réel", estimant que le nombre "important" de festivals pour la préservation et la promotion du patrimoine Amazigh est là pour en témoigner des efforts consentis par l’Etat dans cette voie. Pour lui, une étape importante a été franchie dans le processus de promotion de cette langue, au point, a-t-il dit, qu’on ne parle plus aujourd’hui, de Chaoui, Kabyle, Mozabite, Tergui…, mais de langue Amazighe. Cette session de formation interactive des journalistes en tamazight, qu’abrite la Bibliothèque nationale du 1er au 4 septembre, verra la participation d’un nombre de spécialistes des médias et des questions liées au lexique Amazigh qui animeront plusieurs ateliers.       

Ismain
Mardi 1 Septembre 2015 - 17:55
Lu 167 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+