REFLEXION

PRESIDENCE DES APC : Risque de blocage et vide juridique

Les tractations en vue des élections des présidents et du reste des membres des Assemblées communales battent leur plein. L’article 80 de la nouvelle loi électorale, qui soumet la désignation du P/APC au vote de l’ensemble des élus, rend les tractations inéluctables. Et les alliances peuvent accoucher de bien des surprises, s’avérer fatales pour bien d’élus qui se voyaient déjà vêtus du costume du premier magistrat de la commune.



PRESIDENCE DES APC : Risque de blocage et vide juridique
Certains ruminent leurs désillusions, d’autres se tiennent le ventre. Exception faite des listes de candidatures ayant récolté des majorités absolues, toutes les autres, celles qui logent dans l’intervalle des 35-49%, comme celles intégrant l’espace statistique des 7-34%, doivent se plier à la règle des alliances. Et, pour ces dernières, ce n’est pas forcément la liste arrivée en tête dans les suffrages qui s’adjugent le poste du P/APC. Bien des vocations peuvent être contrariées. Les exemples de pareilles situations font déjà école. A Alger, la présidence de l’Assemblée communale de Sidi M’Hamed ne reviendra pas au P/APC sortant, Mokhtar Bourouina. Même avec huit sièges récoltés par sa liste (FLN), il ne parviendra pas à renouveler son bail en tant que maire de cette commune dont l’assemblée compte 23 membres. La raison est que les listes concurrentes, RND, Djil Djadid, MSP et FFS, se sont liguées contre elle. Ces dernières ont conclu dimanche une alliance politique. Comme dans cette commune, aucune liste n’a pu franchir la barre des 35%, toutes ont droit de proposer un candidat pour le poste de P/APC. L’alliance place donc la liste Bourouina en minorité. La même situation prévaut au niveau de la commune d’Alger centre où la liste MPA, conduite par un élu sortant du RND, Abdelhakim Bettache, est arrivée en tête mais sans toutefois réussir à dépasser la barre des 35%.   Aux dernières nouvelles, les tractations en cours au niveau de cette commune défavoriserait l’élu MPA qui avait déjà fait l’unanimité contre lui avant que ne se déroule le scrutin. Le P/APC d’Alger centre pourrait sortir de la liste FLN. Outre les alliances stratégiques, il convient de relever que dans les élections locales la qualité des personnes comme la nature de la gestion des APC ou des APW peuvent peser et transcender les considérations idéologiques.

Riad
Jeudi 6 Décembre 2012 - 00:00
Lu 419 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-11-2016_1.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+