REFLEXION

PREMIERES ASSISES DE L’UNION NATIONALE DU MOUVEMENT ASSOCIATIF ET LA SOCIETE CIVILE: Une rencontre pour de nouvelles batailles

Le dernier discours du président à la nation ressemble à un électrochoc qui ne cesse de faire ranimer tant de structures sociales et partisanes en hibernation depuis belle lurette.



A Mostaganem, c’est l’union nationale du mouvement associatif et la société civile de Mostaganem, présidée par M.Mohamed Rachid, qui ouvre le bal par une revue de ses états généraux, pour de nouvelles batailles pour l’épanouissement et le bien être des citoyens, et une rencontre autour de la loi relative au monde associatif. Plus d’une centaine d’associations à caractère social et culturel ont été au rendez-vous des premières assisses organisées par l’union du mouvement associatif et de la société civile, en collaboration avec l’assemblée populaire de wilaya qui ne cesse de se faire distinguer par l’organisation des manifestations diverses dignes d’intérêt commun. La salle de conférence de l’A.P.W était pleine, de par la présence des membres et des présidents de plusieurs associations activant au sein des 32 communes de la wilaya. La radio et la presse écrite étaient également présentes à cette rencontre qui allait débattre du devenir du monde associatif. Cette manifestation d’une importance capitale vient mettre toute la lumière sur les dernières mesures édictées par le président de la République, en vue de la révision de la loi relative aux associations, datant de l’année 1971 et qui paraît ne plus répondre aux aspirations du mouvement associatif qui a connu de nouvelles mutations et autres missions. C’est en ce sens, que les intervenants dont le président de l’union, M. Mohamed Rachid, le président de l’APW, M. Soltani Ghali et le président de l’APC, M. Boukhari ont axé leurs communications et ont abondé d’appel pour une redynamisation du mouvement associatif qui doit être fort et utile, en fonction de la nouvelle donne de la société en pleine évolution. l’association ne doit plus être ce club d’amis qui n’attend que les subventions étatiques et n’active que d’une circonstance à l’autre. Le débat qui s’en suit a été fructueux de par les obstacles soulevés par les animateurs d’associations, dont le manque de locaux pour l’exercice de leurs activités, l’insuffisance des subventions pour répondre aux objectifs assignés par certaines associations d’ordre social. Cette première rencontre paraît avoir atteint son but, celui de ressoudez le lien entre l’union de wilaya et ses associations qui avaient tant besoin d’une tribune pour s’exprimer et s’engager davantage dans de nouvelles batailles. Selon les dires d’un ancien membre d’une association sociale, le mouvement associatif reste ce magnifique trait d’union capable d’émanciper la société et la mettre à la page face aux défis de la mondialisation, car sans la présence d’une société civile, toute bataille de développement social et culturel est vaine et sans le moindre fruit.

Mohamed El Amine
Lundi 2 Mai 2011 - 10:54
Lu 376 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+