REFLEXION

PREMIERE SESSION DE L’APW POUR LE WALI D’AIN TEMOUCHENT : Approbation du budget primitif de la wilaya pour l’année 2011



PREMIERE SESSION DE L’APW POUR LE WALI  D’AIN TEMOUCHENT : Approbation du budget primitif  de la wilaya pour l’année 2011
Madame le wali a exhorté l’exécutif et les élus à travailler ensemble pour l’intérêt général de la wilaya et de sa population et d’assurer la réussite de la réalisation des projets de développement. Après la désignation et l’approbation des membres du bureau de la session par les élus, il a été procédé à la présentation du rapport du budget primitif de la wilaya pour l’année 2011 par le rapporteur de la commission des finances et des domaines de l’APW , conformément aux dispositions de la loi n°90-09 du 07 avril 1990, notamment les articles de 130 à 135.Le montant global concernant le fonctionnement et les équipements est de l’ordre de 1.354.267.903.05 dinars dont 1.353.917.903.05 dinars qui sera ôtée d’une somme de 140.650.000.00 dinars destinée aux équipements, ce qui donne un montant propre aux frais du fonctionnement de l’ordre de 1.213.267.903.05 dinars auquel s’ajoute le montant des équipements de l’ordre de 141.000.000 dinars. Ce qui totalise globalement, comme ceci est sus-indiqué, un montant de 1.354.267.903.05 dinars. Rappelons que, selon toujours le rapporteur, le montant global du budget primitif de l’année 2010, était de l’ordre de 1.322.443.718.38 dinars, tandis que celui de l’année 2011 est de l’ordre, comme d’ores et déjà signalé, 1.353.917.903.05 dinars, soit un taux de 9,6% de plus. Par ailleurs, la source principale de financement du budget provient du produit de la sablière de Terga (Daïra d’El Malah), qui l’a alimenté durant le budget primitif de l’année 2010 à une somme de 241.005.700.07 dinars, tandis que celui de l’année 2011, à un montant de 173.000.000.00 de dinars, soit un taux de 13% de moins. Le produit de La taxe sur l’activité professionnelle (T.A.P) qui était de l’ordre de 295.522.652.00 dinars durant le primitif de l’année 2010 est passé à un montant de 304.614.067.00 dinars pour celui de l’année 2011, soit un taux de 0,9% de plus. Le rapport relate également que les sources du budget primitif de l’année 2011 pour la wilaya à un montant de 612.930.356.66 dinars, soit un taux de 6,16 % de plus par rapport à celui de l’année 2010 qui était de l’ordre de 577.336.94.00 dinars. Les produits des impôts qui alimentent également le budget de la wilaya, ont permis une recette de l’ordre de 6.191.954.10 dinars soit un taux de 3% par rapport à celui de 2010 qui était de 6.000.206.06 dinars. En ce qui concerne les frais du fonctionnement durant l’année 2011, le montant de la sécurité (garde communale) est de l’ordre de 698.526.066.19 dinars qui n’a connu aucune augmentation , et demeure comme celui de l’année 2010, les services des finances vont recevoir un montant de l’ordre de 166.650.000.00 dinars soit un taux de 56% de plus par rapport à celui de l’année de 2010 qui était de l’ordre de 106.086.024.55 dinars. Les projets hydrauliques et ceux des travaux relatifs à la prévention des éventuelles répercussions des inondations, réalisés ou en cours de réalisation ont fait l’objet d’une attention particulière des élus dont certains n’ont pas bien apprécié l’exécution des travaux techniques de certains projets qui ont subi de grandes fissures voire même dans certains cas des détériorations ou démolition par les eaux pluviales. L’absence du curage, de l’entretien des oueds et des ouvrages réalisés qui parfois menacent la sécurité des habitants riverains et des automobilistes a été également soulevée par les élus. Le programme de l’électrification rurale qui a donné de très bons résultats à travers la wilaya avec un taux dépassant les 99 % a suscité des commentaires favorables parmi la grande majorité des élus. Cependant la situation actuelle des salles de cinéma, des bibliothèques communales non exploitées depuis plusieurs années, où l’on constate des équipements inutilisables, a été vivement critiquée par les élus qui ont demandé l’intervention des responsables concernés tendant à la régularisation de cet état de fait afin que ces salles de spectacles et infrastructures culturelles soient exploitées. Le plan de la protection du site historique et archéologique de « SIGA « ainsi que tous les sites historiques ont été évoqués par les élus. Il a été souhaité la réalisation d’un projet régional d’un musée au chef –lieu de wilaya d’Ain-Temouchent. La prise en charge des personnes nécessiteuses, handicapées, et des personnes souffrant de maladies chroniques par les institutions concernées a été réitérée par les élus. Le renforcement des dispositions de sécurité dans les agences postales notamment à travers les agglomérations rurales a été posé par les élus. Madame le wali a intervenu à plusieurs reprises pour répondre aux élus intervenants pour préciser les interventions de la wilaya dans la solution des situations dans le cadre de la loi dans certains domaines en affirmant que le budget de la wilaya est limité et ne peut répondre à tous les besoins des citoyens, en affirmant que l’Etat déploie de grands efforts pour répondre à la demande de tous les citoyens dans chaque secteur .Il a donné pour exemple que la connexion des établissements scolaires par internet relève du Ministère de tutelle, et la wilaya n’a nullement droit d’intervenir dans le système pédagogique, néanmoins les écoles primaires sur le plan de chauffage , eau , hygiène , relève des APC qui reçoivent des subventions du Ministère de tutelle, en donnant des explications sur les P sectoriels de développement, les Plans communaux de développement et le fonds des collectivités locales (FCCL). Madame le wali a fait également intervenir les directeurs des secteurs pour répondre aux préoccupations des élus notamment dans le secteur de l’hydraulique, culture, tourisme et forêts. En ce qui concerne, le renforcement des sources de financement de la wilaya, madame le wali a remarqué que la sablière de Terga qui a régressé à un taux de 13% en matière de financement, et qu’il est temps de réfléchir sur des autres sources de financement, notamment l’exploitation de la sablière d’Ouled Boudjemâa (Daïra d’El-Amria).

B. Abdelgheffar
Dimanche 7 Novembre 2010 - 00:01
Lu 543 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+