REFLEXION

POUR VENTE DE MARCHANDISES NON CONFORMES : 382 commerçants estés en justice en un mois à Oran

On constate l’augmentation des cas de fraude commerciale et de vente de marchandises non conformes et d’autres produits avariés qui sont vendus en dehors du respect des textes qui régissent le processus de commercialisation et même les produits subventionnés ne sont pas épargnés et n’obéissent pas à leurs prix spécifiques, comme par exemple, le lait et le pain, un état de fait que personne ne nie, même les représentants des commerçants eux-mêmes, telle que l’UGCA.



Cette situation perdure malgré le renforcement des structures de contrôle par un nombre supplémentaire d’agents au cours des dernières années, mais elle reste insuffisante devant le grand nombre d'irrégularités qui sont connues sur le marché en ce qui concerne la pratique des activités commerciales et la qualité des produits offerts sur le marché. Il suffit de la moindre visite auprès de nos marchés ou même les magasins pour en prendre connaissance de l'existence de ces irrégularités, et surtout en ce qui concerne la commercialisation du lait et du pain et dérivés des produits laitiers tels que les yaourts et fromages, qui souvent sont  périmés, du fait du non respect de leurs conditions obligatoires en plus des boissons et autres produits alimentaires dont l’altération est rapide, ce qui rend les opérations de contrôle menées par les services compétents insuffisantes malgré des sanctions sévères contre les commerçants contrevenants. Dans ce contexte, les diverses opérations de contrôle menées par la direction du commerce d'Oran au cours du mois précédent ont conduit à 2495 interventions. En ce qui concerne les pratiques commerciales et le contrôle de qualité, 382 commerçants ont  été poursuivis en justice,  dont  290 commerçants en raison d'irrégularités liées aux pratiques commerciales et 92 autres pour des irrégularités concernant le contrôle de la qualité et la répression des fraudes, d'autre part, il a été proposé la fermeture de 18 magasins, un nombre qui reste insuffisant en dépit de son importance au regard du grand nombre d'irrégularités que connaissent les opérations de commercialisation des différents produits, sachant que l’opération  de surveillance à travers le territoire de la wilaya d'Oran se déroule à travers la mobilisation de 42 brigades de contrôle relevant du  ministère du commerce, alors que chaque brigade comprend les trois agents qui  sont répartis entre les différentes communes et daïras pour suivre la performance des conditions des activités commerciales et la commercialisation des produits et leur conformité, ce qui signifie que l'organisation du marché exige plus d’efforts et exige des textes et des sanctions plus sévères.

Touffik
Mardi 11 Novembre 2014 - 16:50
Lu 85 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+