REFLEXION

POUR TRAFIC DE 15 QUINTAUX DE DROGUE : Deux personnes condamnées à 20 ans de réclusion criminelle



Le tribunal criminel près la Cour de justice d’Oran a condamné, ce jeudi, deux personnes à une peine de 20 ans de prison ferme pour le crime de détention et commercialisation de drogue au sein d’un réseau criminel organisé, au moment où le représentant du parquet général a requis une peine maximale contre les accusés. Les faits de cette affaire ont été lancés au cours du mois d'Août 2014 suite à un barrage routier dressé par les éléments de la gendarmerie nationale à Maghnia, où ils ont réussi à arrêter un véhicule de type ‘’Kangoo’’, dont le  conducteur a refusé de se conformer aux ordres des gendarmes, où il a garé sa voiture au milieu de la chaussée et tenté de fuir, en jetant les clefs de la voiture par terre, mais les gendarmes sont parvenus à arrêter l’accusé qui répond aux initiales de S. D, lequel a été trouvé à bord de son véhicule une quantité estimée à 14,90 quintaux de drogue, qui était dissimulée avec délicatesse, et lorsque le suspect a été interrogé par l'officier de service, il a reconnu les faits qui lui ont été reprochés, en dénonçant une autre personne répondant aux initiales de B. M, comme étant le propriétaire de la marchandise, et que ce dernier achemine la drogue à partir du Maroc,  à travers la frontière. De même qu’une perquisition menée dans le domicile du mis en cause en état d’arrestation, a conduit à la saisie d’un véhicule de type " Mercedes " utilisé dans les opérations de contrebande du poison, ainsi qu’une somme d’argent d’une valeur de 20 millions de centimes récoltée des ventes de la drogue. Comme il a été également procédé à l'arrestation du deuxième suspect, répondant aux initiales de A. D, après avoir été dénoncé par le principal suspect qui a déclaré qu’il procède à accompagner B. M au Maroc dans le but de ramener la drogue, et pendant son interrogatoire, il  a nié ce qui lui a été reproché en déclarant que toutes ces déclarations sont sans fondement. En outre, l’enquête a révélé que le véhicule "Mercedes" saisi au domicile de D. S, avait été utilisé dans une autre affaire de contrebande de drogue et avait été vendu aux enchères avant qu’il ne soit acheté par le principal accusé. Au cours du procès, les accusés ont totalement nié les faits qui leur sont reprochés,  sans pour autant arriver à convaincre la sélection judiciaire compétente près le tribunal criminel qui a prononcé à leur encontre le verdict cité supra.   

G. A
Dimanche 13 Mars 2016 - 16:35
Lu 162 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+