REFLEXION

POUR QUE DE GAULLE SOIT HEUREUX !

Nous sommes le 13 février 1960, il est 7 heures du matin, déjà, les rayons du soleil, encore timide après une nuit sombre tentent de caresser les plaines de la ville de Reggane, sous le regard farouche du général français Ogrie, commandant de zone, qui, ce matin-là, s’est levé de bonne heure.



Quatre minutes passées, Orgie, ordonna à ses lieutenants d’exploser la première bombe atomique française, Gerboise bleue. Dans le ciel, on ne voit plus le soleil, les voix des oiseaux s’éteignent, rien que des aboiements de chiens, et des hurlements humains qui déchirent le raisonnement du bruit de la bombe. Soudain la vie s’arrête à Reggane !
Le lendemain de l’explosion, le commandement militaire du centre a organisé une fête.
La mort de Reggane était préparée d’avance , bien avant le 13 février 1960. La France, qui récidive après les massacres du 8 mai 1945, où la tuerie était bien parfumée pour couronner plus d’un tiers  de généraux au grade de maréchal, ne blaguait pas quant au projet d’essai nucléaire, car , il était plus que nécessaire pour la France de De Gaulle, qui perdit la bataille devant l’Allemagne, pour racheter sa dignité et faire son entrée dans le staff des puissances mondiales aux côtés des Etats-Unis et l’Angleterre si elle veut maquiller sa défaite devant les valeureux moudjahidine de l’ALN et les lions du désert des monts d’Adrar et de Reggane.
De Gaulle, qui en s’adressant au peuple algérien, avait dit, « je vous ai compris » était bien convaincu, que l’Algérie française c’est fini, mais la haine contre les Algériens qu’il cachait au fond de lui était bel et bien réelle. Il ne peut laisser  une Algérie propre et saine  aux Algériens, il  actionnait dans les coulisses une œuvre colonialiste des plus criminelles qu’a connues la terre. Un drame qui va durer près d’un siècle. Onze bombes atomiques d’une capacité de tuer l’humanité toute entière.
En  juillet 1957, deux mois après son arrivée à Alger le 31 mai 1957, De Gaulle organisa  le plus grand et le plus dangereux essai nucléaire. La  première bombe atomique était d’une puissance de feu nucléaire dépassant les 450 kilotonnes, l’équivalent de trois bombes d’Hiroshima.  L’essai ne fut pas le dernier, car la France a procédé à l’explosion de toute une série de plus de 15 essais, entre 1960 et 1966.
52 ans après, Reggane fait état d’une multiplication de cancers. Plus de 1000 cas ont été enregistrés et des dizaines de personnes ont péri par des maladies. En plus du cancer, le nombre de personnes aveugles ou atteintes de glaucomes revêt des proportions effrayantes. Selon les habitants, des dizaines de personnes ont perdu la vue pendant les premières années qui ont suivi les essais et des centaines se sont fait opérer. La France a transformé ce qui ont travaillé sur le site en cobayes , les générations futures payeront très cher les conséquences de ce crime .

Riad
Vendredi 5 Septembre 2014 - 17:49
Lu 197 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 10-12-2016.pdf
3.37 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+