REFLEXION

POUR NON RESPECT DES NORMES DU PERSONNEL NON QUALIFIE, ESPACES REDUITS, MANQUE D'HYGIENE ET DE SECURITE : Plus de 100 mises en demeure adressés aux crèches

Depuis quelques années, le nombre de crèches et de garderies d'enfants ne cesse d'augmenter, à Oran. Un «filon» qui rapporte gros et qui attire, de plus en plus «d'investisseurs». Malheureusement le constat est peu flatteur. Bon nombre de ces crèches et garderies ne respectent pas les normes d'hygiène et de sécurité et emploient un personnel non qualifié.



Selon la direction de l'Action sociale d'Oran (DAS), qui s'attelle, avec les moyens dont elle dispose, à mettre fin à l'activité illicite de certains gérants de garderies, diverses sortes d'infractions sont constatées sur le terrain. Dans ce cadre, la commission de wilaya de contrôle des garderies et des crèches a dressé près de 100 mises en demeure à ces «établissements» pour infraction à la réglementation en vigueur. Pour la majorité des crèches, le constat est le même : celles-ci sont gérées par des personnes ne disposant d'aucune qualification, contrairement aux loisqui régissent le secteur éducatif. Le personnel n'est souvent pas formé pour prendre en charge des enfants non encore scolarisés. L'appât du gain facile pousse certaines personnes à transformer leurs garages et parfois des caves, en garderies. Concernant, le nombre des crèches en exercice dans la capitale de l'Ouest, il serait près de 220. Près de 5.700 enfants âgés de 3 mois à 5 ans sont pris en charge dans ces «établissements». Même si les crèches poussent comme des champignons, depuis quelques années, le nombre d'éducatrices connaît, lui aussi, une hausse. Un déséquilibre entre l'offre et la demande qui fait accroître le nombre des garderies qui travaillent au noir. En 2012, 39 dossiers de demandes d'ouverture de crèches ont été formulés, dont 28 acceptés. Face aux conditions anarchiques dans lesquelles se trouvent les centres d'accueil et de garde de la petite enfance, les pouvoirs publics ont opté pour de nouvelles dispositions, entre autres, le dossier d' autorisation  d'ouverture d'une crèche doit, impérativement, être étudié par une commission désignée par la direction de l'Action sociale. Parmi les nouvelles conditions que doivent remplir ces garderies pour bénéficier d'une autorisation d'ouverture ou de continuer à activer, figure la nécessité d'offrir un espace d'autonomie de pas moins de 1,40 m² pour chaque enfant. Les crèches des enfants de 3 mois à 3 ans doivent disposer, pour chaque groupe de 5 éléments, d'une éducatrice, etc. Alors que pour ce qui est des gestionnaires, il leur est exigé d'être détenteurs d'une qualification et d'une expérience, par exemple le diplôme demandé doit être équivalent au moins à celui du niveau d'éducateur. L'autorisation est délivrée par une commission composée de représentants de la Santé, de l'Action sociale, de la Protection civile, de l'Education.  La commission étudiera le dossier présenté par le postulant et effectuera, ensuite, une visite des lieux pour délimiter ainsi le nombre de chérubins que la crèche pourra accueillir. Le matériel pédagogique et le personnel spécialisé (puéricultrices, éducatrices…) sont aussi une exigence du cahier des charges. Les services d'hygiène et de la Protection civile doivent vérifier l'hygiène et la sécurité de l'établissement devant servir de crèche, avant que la wilaya n'accorde ou non l'autorisation d'ouverture. 
 

Medjadji H
Mercredi 3 Avril 2013 - 09:08
Lu 286 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+