REFLEXION

POUR MALVERSATION ET INFRACTIONS AU CODE DES MARCHES: L’ex-maire de Bouguirat en prison



POUR MALVERSATION ET INFRACTIONS AU CODE DES MARCHES: L’ex-maire de Bouguirat en prison
Les affaires de malversations n’en finissent pas, elles se succèdent et se ressemblent tant dans la forme que dans le fond, notamment en ce qui concerne la gestion des communes, qui est devenue source de dilapidation des deniers publics, de corruption et de malversations. Les chefs d’inculpation dont l’ex-maire de Bouguirat en est poursuivi, et qui datent depuis l’année 2000, portaient justement sur des infractions commises en violation de la législation portant code des marchés publics. Selon notre source, cet ex-responsable élu, aurait trempé dans des affaires douteuses. Selon les premiers résultats de leurs investigations, les enquêteurs auraient relevé des anomalies et des carences dans la conclusion des marchés, où certaines opérations concernant des projets qui ont été passés au peigne fin, notamment en ce qui concerne, selon toujours la même source, le projet du forage de Sidi Charef, où des sommes colossales, croit-on savoir, ont été englouties dans celui-ci. Aussi, le dossier fait état d’une opération de réfection et badigeonnage des établissements scolaires primaires. Selon notre source, ces opérations ont été entamées durant les périodes des grandes vacances, sans consultation préalable des directeurs des établissements concernés, ce qui aurait laissé planer des doutes quant à leur réalisation, aussi, il est question de l’équipement scolaire. L’enquête aurait révélé par ailleurs, certaines anomalies concernant des opérations engagées dans le cadre de l’aménagement urbain et la réalisation de biens d’équipements. Notre source avance également la vente d’une boulangerie industrielle au prix symbolique de 12 millions de centimes et des incohérences en matière de droits de places relatifs au marché hebdomadaire de la commune. Rappelons que l’ex-maire avait été déjà jugé dans le cadre de ce dossier par le tribunal de première instance, qui l’a condamné à plus d’une année de prison ferme, mais le mis en cause aurait interjeté appel. Rejugé par la cour d’appel de Mostaganem, le verdict a été confirmé par le tribunal de deuxième instance. Un second appel fut interjeté auprès de la Cour Suprême en application de la loi, seulement cette instance vient à son tour de confirmer l’arrêt rendu par la Cour d’Appel. Tous les recours règlementaires étant épuisés, le mis en cause avait été interpellé par les services compétents en exécution d’un mandat d’arrêt émis par le parquet, pour son incarcération à l’établissement pénitentiaire pour purger sa peine.

Riad
Vendredi 18 Mars 2011 - 09:58
Lu 858 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+