REFLEXION

POUR DENONCER L'ACHARNEMENT DE LA JUSTICE FRANÇAISE CONTRE LUI : Un détenu algérien entreprend une grève de la faim dans une prison française



Abdelhamid Hakkar, un Algérien incarcéré depuis 26 ans pour un meurtre qu'il nie, a annoncé jeudi son intention d'entreprendre une seconde grève de la faim afin de protester contre le rejet d'une demande de liberté conditionnelle, a-t-on appris jeudi auprès de l'une de ses avocats parisiens, Me Marie-Alix Canu-Bernard. "Au terme d'un parcours judiciaire et carcéral (...) hors norme", a déclaré Me Canu-Bernard à l'AFP, Abdelhamid Hakkar "a déposé une demande de libération conditionnelle en février 2006". Le 22 juillet, selon elle, la cour d'appel de Toulouse avait "donné un accord de principe" à cette demande qui lui "apparaissait justifiée" mais avait ordonné un complément d'information "concernant trois modalités formelles sur l'aménagement de (sa) peine". "Les vérifications effectuées et rentrées au dossier de la cour d'appel se sont toutes révélées en faveur de Mr Hakkar", selon l'avocate. Mais, jeudi, ajoute-t-elle, "la cour d'Appel de Toulouse, dans une autre composition, a contre toute attente rejeté cette demande de libération conditionnelle au motif que ce projet supposait" que le détenu "puisse obtenir un titre de séjour pour travailler et rester en France pendant la durée de l'aménagement" de sa peine. Or, dit-elle, il possède une carte nationale d'identité française qui lui a été renouvelée le 16 septembre 2010."Si la cour d'appel de Toulouse avait pris la peine de soulever ce point comme étant litigieux et ce dans le respect du contradictoire, l'administration pénitentiaire se serait empressée de lui communiquer cette pièce", dit encore Me Canu-Bernard pour qui cette "décision est entachée d'une erreur manifeste d'appréciation" et est "inique". Son client lui a indiqué entamer une grève de la faim, a-t-elle dit. En 2008, Abdelhamid Hakkar avait suspendu une première grève de la faim après 42 jours de jeûne dans l'espoir d'une intervention des autorités algériennes en sa faveur. Il s'était mis en grève pour "dénoncer l'acharnement de la justice française contre lui". Le détenu algérien a été condamné à trois reprises à la perpétuité pour le meurtre d'un policier, en 1984 à Auxerre (Yonne), qu'il nie avoir commis.

Yacine
Samedi 6 Novembre 2010 - 00:01
Lu 217 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+