REFLEXION

POUR CORRUPTION EN FLAGRANT DELIT : Le directeur général d’ERIAD écope de 3 ans de prison ferme



Le tribunal d’Oran à hai Djamel Eddine a condamné dans une audience déroulée avant-hier, le directeur général des moulins « ERIAD » d’Oran ainsi que le responsable juridique à 3 ans de prison ferme après avoir été reconnus coupables de corruption, alors que le représentant du ministère public avait requis une peine de 5 ans de prison ferme. Les deux inculpés ont été mis en détention préventive par le procureur de la république, lundi dernier, après leur arrestation en flagrant délit, la semaine dernière, par un vendredi à la cité des martyrs (ex Castors), ces deux derniers pris la main dans le sac pour soutirer une somme de 5 millions de centimes de corruption, comme une première avance sur un montant consenti de 5 millions de DA. L’arrestation des deux inculpés est intervenue suite à une souricière tendue par la victime elle-même en collaboration avec les services de sécurité devant un café à proximité d’une mairie. La victime qui avait exercé auparavant au niveau de cette entreprise, a bien informé les policiers sur le lieu exact ou la transaction de corruption devait s’effectuer, contre la promesse de régularisation d’un logement de fonction situé à la rue Abdelmoumen (ex -Choupot), et dont le directeur général lui-même s’est porté garant de lui régler la situation du logement après que la victime l’eut assuré que le montant en question ne pose pas problème du fait qu’il a une sœur émigrée en hollande capable de fournir la somme en entier de 5 millions de Da. Sans se soucier le moindre du monde de ce que son geste malsain lui devait en coûter, le directeur général, ce jour, était bien au rendez-vous pour empocher l’argent et remettre à la victime une attestation de propriété qui était en sa possession. Heureusement que les policiers étaient présent pour mettre fin aux agissements du directeur général qui a été pris en flagrant délit d’empocher les 50 milles centimes. A l’audience d’avant-hier, le directeur général ainsi que le responsable juridique ont nié les faits qui leur ont été reprochés. Quant à la défense des inculpés a axé sa plaidoirie sur le caractère d’innocence en soupçonnant des personnes étrangères inconnues derrière cette affaire pour nuire à la notoriété du premier responsable d’ERIAD D’Oran et l’évincer définitivement de l’entreprise pour qu’il ne puisse représenter pour eux aucune barrière à accaparer des biens immobiliers de l’entreprise. La défense a également soulevé que ces problèmes qui secouent l’entreprise, provoqués par des retraités et un ensemble d’employés date de 2003, alors que devant toutes ces perturbations, ce responsable intègre a su préserver les intérêts de l’entreprise, et par conséquent garantir le salaire de 170 employés. La défense s’est également posé la question sur comment un directeur général s’est fait bêtement piégé pour une modique somme de 50 milles Da, alors qu’il pouvait négocier ce genre d’affaire en toute sécurité à l’intérieur de son bureau ce qui laisse penser qu’il y’a anguille sous roche.

Raffik
Dimanche 15 Août 2010 - 14:32
Lu 454 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+