REFLEXION

POSSIBLES ATTAQUES TERRORISTES CONTRE LA TUNISIE : Les mises en garde de l’Algérie

Les dernières visites des grandes personnalités politiques, au pouvoir en Tunisie, à Alger expliquent le coup de main tendu des autorités algériennes à la Tunisie dans l’espoir d’épargner à ce pays voisin une crise sans lendemain. Alors que plusieurs médias soulèvent des questions sur le rôle éventuel de l'Algérie dans la crise tunisienne, la réponse de l’Algérie était très claire, c’est d’apporter une solution rapide à la crise politique et sécuritaire tunisienne.



L’Algérie, avec ses contacts directes avec les leaders tunisiens, a mis en garde le gouvernement tunisien contre de possibles attaques. En effet, pour la deuxième fois en quelques semaines seulement, le Président Abdelaziz Bouteflika avait  reçu Rached Ghannouchi, le leader du parti Ennahda au pouvoir en Tunisie qui se trouvait dans le pays à l'occasion du congrès du parti Ennahda algérien, et de l'ancien Premier ministre Beji Caid Essebsi, le chef du parti d'opposition Nidaa Tounes. Même si aucun détail n'a filtré de ces deux rencontres consécutives, plusieurs analystes, mêlent ces rencontres dans le cadre d’une coopération politico sécuritaire et le rôle éventuel de l'Algérie dans une solution à la crise tunisienne. La situation sécuritaire de la Tunisie oblige l’Algérie à bouger, car l’instabilité en Tunisie aura des répercussions directes sur la situation en Algérie. "L’Algérie a besoin d’une Tunisie stable, il y va de la sécurité du pays, explique un politologue. Alger, par l’intermédiaire de ses rencontres avec les politiciens tunisien tente d’inviter la classe politique à Tunis à trouver rapidement un accord, pour passer à la deuxième phase de coopération : la lutte contre la percée des groupes terroristes qui menace les frontières algéro-tunisienne. Il ne s’agit pas  de s’ingérer  dans les affaires du pays voisin ou d’imposer des solutions, mais d’aider les Tunisiens à trouver une solution à la crise politique qui mit à mort le futur de la population tunisienne. Or, pour Alger, entre les deux pays il existe un ennemi commun, c’est le terrorisme qu’il ne faut perdre de vue, et les conflits politiques alimentent l’appétit de ces sanguinaires pour transformer le pays en un maquis d’Al-Qaïda. Pour parer à toute éventualité d'attaque ou d'infiltrations des terroristes dans le territoire tunisien, l’Algérie a mis en exécution un plan   anti-terroriste qui vise à sécuriser les frontières algéro-tunisiennes. Ainsi, dans le cadre d’un appui très solidaire dans la lutte contre la percée terroriste sur les frontières tunisiennes, les autorités algériennes ont décidé samedi 23 novembre de couper les lignes téléphoniques et les réseaux internet le long de la frontière tunisienne, pour isoler les terroristes et bloquer toutes communications entre eux. L’information a été rapporté par la radio tunisienne « Mosaïque FM » et salué par la population tunisienne.

Riad
Mercredi 27 Novembre 2013 - 15:57
Lu 619 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+