REFLEXION

PORTES OUVERTES SUR L’EAU : Une consommation modérée s'impose !

La journée internationale de l’eau a été marquée hier, à Mostaganem, par une importante journée ouverte au public dans le but précis d’une meilleure consommation, prudente et réfléchie, afin d’éviter des surprises le jour de paiement de la facture et de garantir l’avenir des générations prochaines dont la guerre ne se posera que vis-à-vis de cette denrée d’Allah.



L’évènement, chapeauté par la wilaya en coordination avec la Direction des Ressources en Eau et l’Algérienne des Eaux ainsi que l'Agence du Bassin Hydrographique Oranie-Chott Chergui, renseigne d’abord aux observateurs, de par une exposition sur les différentes stratégies de planification et d'aménagement, tout le titanesque travail mené ces dernières années en matière de raccordement de presque la quasi-totalité de la population de la wilaya de Mostaganem au réseau d’AEP. Or, cette bénédiction est souvent sujette à un gaspillage démesuré qui ne se répercute pas uniquement sur la facture, mais surtout sur la nappe d’eau en ces temps au ciel aride. Gâchage contre lequel semble bien lutter l’ABH (l’Agence de Bassin Hydrographique Oranie-Chott-Chergui) de par un attractant programme pédagogique adressé à la gent écolière. A cet effet, Mme Boudjnen Ilhem, chef de service de la communication et de la sensibilisation au niveau de l’ABH, précise que « le chef de famille constamment au travail ou vaquant à d’autres occupations est bel et bien celui qui paye la facture, mais est souvent absent pour espérer de sa part la moralisation du reste des membres du foyer quant à une réfléchie consommation d’eau. D’où notre focalisation sur les enfants pour les impliquer à rationaliser la consommation dès leur jeune âge, en vue d’arriver à une consommation raisonnable dans le futur ». Ateliers de coloriage, jeux ludiques et cours ont été proposés sous cet angle aux chérubins, entre autres distribution de documents de sensibilisation dont un livre éducatif, outre un fascicule en bande dessinée qui évoque les aventures et les périples de « Hayet ».  Et à propos de Hayet, qui n’est autre que cette petite goutte d’eau, il faut dire qu’elle revient chère, lorsque votre robinet suinte, ou la chasse qui fuit. Les fuites représentent 20 à 25 % de l'eau consommée en moyenne par les ménages. Et en langues de chiffres, un robinet qui fait du goutte-à-goutte représente 4 à 5 litres/heure, soit 35 à 44 m3/an. Un mince filet d'eau 16 litres/heure, soit 140 m3/an. Alors qu’une chasse d'eau qui fuit 25 à 40 litres/heure, représente 220 à 360 m3/an. Prenez la calculatrice et multipliez par 6,10DA le cout de m3/trimestre à Mostaganem. De quoi s’arracher les cheveux ! 

Ilies BENABDESLAM
Mercredi 22 Mars 2017 - 19:13
Lu 309 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 20-08-2017.pdf
4.06 Mo - 19/08/2017





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+