REFLEXION

POLITIQUE : Y’a-t-il une place à l’opposition en Algérie ?

L’une des principales difficultés de la démocratie en Algérie est l’absence d’une opposition à la hauteur des enjeux politiques du pays. De plus en plus d’intellectuels s’accordent à penser que l’incapacité de l’opposition à constituer un rival sérieux au gouvernement entrave l’évolution du pays. Une opposition forte suppose trois conditions : 1) elle doit être en mesure de se poser en alternative au gouvernement ; 2) même si elle n’est pas susceptible d’accéder au pouvoir, elle doit mener une opposition effective – à l’instar de ce qui se passe dans beaucoup de pays ; 3) elle doit contribuer à entretenir au sein de la société un sentiment général de confiance.



Une opposition qui est objectivement faible, ne peut mener en aucun cas aucune solution  aux électeurs ou les persuader, d’autant plus qu’aucun parti en Algérie ne remplit aucune de ces trois conditions, en particulier durant la décennie écoulée. Les partis d’opposition déconnectés du peuple ou pas ? Tous les indices et indicateurs  confirment que les partis de l’opposition  sont loin d’élaborer une politique, ne font  que réagir à la position du gouvernement sur le plan rhétorique et ne peuvent dés lors être crédible mais aussi ces partis vivent  une crise d’identité du moment que chaque parti s’inspire d’un modèle étranger et se trouve égaré notamment après les mouvements de changement – printemps arabe- et durant lequel ces partis attendaient l’aide de l’étranger surtout les partis islamistes qui ont déjà connu des divisions donnant des sous ensembles partisanes.   Dans les  dernières années , ces partis islamistes se sont montrés très statiques et déconnectés de la population, et que l’arrivée du printemps arabe n’a pas changé grand-chose ,la faiblesse de l’opposition est d’ordre sociologique et qu’il ne faudra pas moins d’une décennie ou plus pour voir naître une véritable opposition , car l’opposition actuelle s’accroche à des idéologies dures et à une logique non algérienne .Pour ce qui est des islamistes, la transformation politique en  Tunisie et en  Egypte les  a placés et  leur faible  électorat parmi les perdants, à l’issue de ce processus qui a consacré la victoire de la  classe moyenne, qui constitue l’électorat de ces  partis en pouvoir nonobstant les enjeux politiques de cette période axée sur les intérêts. Cette faiblesse de l’opposition est essentiellement due au fait qu’elle se pose en gardien de la République- Idéaliste- et qu’elle se soit comportée en acteur politique opposé au changement proposé par le pouvoir comme elle est le mauvais élève qui n’apprend pas ses leçons.  Pour beaucoup de spécialistes, l’opposition manque de cohérence, comme le montrent ses approches changeantes de plusieurs questions stratégiques, elle se débat toujours dans l’incertitude par manque de vision de l’avenir et l’absence totale d’un projet réel de changement.  A la question de savoir quelles peuvent êtres les raisons profondes de la faiblesse de l’opposition en général, il est important de souligner que l’une des choses les plus importantes   est que  l’opposition  n’a pas été en mesure de s’adresser à la société civile, encore moins pour la convaincre.  Dans un tel environnement, chaque acte d’opposition devient un acte qui "se parle à lui-même", un acte-cliché qui ne fait que se plaindre du système, sans diversité et sans créativité.» Dans le même ordre d’idées,  d’autres jugent que si la culture de l’opposition est faible, c’est essentiellement parce que l’individu a toujours été délibérément maintenu faible par rapport à l’Etat par le biais de facteurs tels que le système d’éducation et l’idéologie officielle. Si l’opposition est d’un niveau tellement faible qu’elle ne peut même plus réagir correctement aux divisions nées dans ses propres rangs, on ne voit pas comment un changement de politique positif  pour proposer de meilleures solutions aux problèmes des algériens. Pauvre Opposition !

M.T.Hamiani
Samedi 22 Novembre 2014 - 17:18
Lu 353 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+