REFLEXION

PLUS DE 400 MORTS DONT 73 ENFANTS ET 2400 BLESSES : Halte au massacre à Gaza !

Expulsé et spolié illégalement depuis 1947, colonisé illégalement depuis 1967, enfermé derrière un mur illégal depuis 2002, Gaza emprisonné et Massacré régulièrement depuis 2006… et de nouveau Gaza sous les bombes d’Israël. STOP !



Depuis le 8 juillet, datent à laquelle elles ont débutés, les hostilités ont fait  plus de 400 morts et 2 400 blessés -des civils, pour la plupart des enfants et des femmes du côté de Gaza.  Au treizième jour du conflit, le bilan dépasse désormais les 400 morts. L'armée israélienne poursuit toujours son offensive terrestre dans la bande de Gaza et ses bombardements contre les civiles. Le génocide contre le peuple palestinien se poursuit dans l’indifférence des uns et la complicité des autres. Plusieurs centaines de palestiniens, pour la plupart des civils ont été assassinés par la soldatesque criminelle sioniste. Selon un bilan publié samedi par l’Unicef, plus de 70 enfants ont péri –sur un total d’environ de 342 morts décomptés par les services de secours de Gaza – depuis le début de l’agression sauvage et barbare de l’armée d’occupation israélienne le 8 juillet. Dans le même temps, 637 enfants ont été blessés à Gaza a précisé l’Unicef. « Du 8 juillet jusqu’au 19 juillet à 04H00 du matin, au moins 73 enfants palestiniens ont été recensés comme décédés à la suite de frappes aériennes et de bombardements aériens, par mer et par des forces terrestres », a déclaré à l’AFP Catherine Weibel, porte-parole de l’Unicef pour la Palestine. Parmi eux, 53 garçons et 20 filles de moins de 18 ans. Plus de la moitié n’avaient pas 12 ans. « La plus jeune victime était âgée de trois mois », a précisé Mme Weibel.

60.000 enfants de Gaza nécessitaient un soutien psychologique
« Les enfants doivent être protégés de la violence. Ils ne doivent pas être les victimes d’un conflit dont ils ne sont aucunement responsables», a plaidé Catherine Weibel. La responsable de l’Unicef s’inquiète aussi des effets à long terme des violences sur des enfants qui, pour certains, en sont à leur troisième guerre depuis l’opération israélienne « Plomb Durci » en décembre 2008-janvier 2009. «Vous avez des enfants qui vont être marqués à vie à cause de ce qu’ils voient », souligne Catherine Weibel. Avant même le dernier cycle de violence, quelque 60.000 enfants de Gaza nécessitaient un soutien psychologique, selon l’Unicef. Évidemment, ce nombre va s’amplifier sitôt cette guerre terminée. Mercredi après-midi, quatre garçons âgés de 9 à 11 ans se sont fait tuer par une frappe israélienne sur une plage, près du port de la ville de Gaza, sous les yeux de journalistes. Au moins cinq autres ont été blessés. Les journalistes ont vu les gamins survivants terrifiés, certains ensanglantés, remonter la plage en hurlant pour se réfugier dans un hôtel. «Ils étaient en train de jouer sur la plage. Ils étaient allés au port pour sortir du camp (de réfugiés) de Chati (plus au nord, près de la frontière avec Israël, NDLR) parce qu’il y a beaucoup de bombardements là-bas », a raconté à l’AFP un parent d’une victime lors des funérailles. « Ils ont couru droit à la mort ». « Jusqu’à présent, il y a eu plus d’enfants qui ont péri sous le feu israélien que de combattants palestiniens», a affirmé, pour sa part, samedi les ONG Internationales pour la Défense des Enfants dans un communiqué.

Riad
Lundi 21 Juillet 2014 - 12:38
Lu 197 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 10-12-2016.pdf
3.37 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+