REFLEXION

PLATEAU LA MARINE (MOSTAGANEM) : ‘’Taxis clandestins’’ un secours inespéré !

Le ‘’Plateau la Marine’’ un très vieux quartier important situé à seulement quelques centaines de mètres du centre-ville de Mostaganem, manquerait de moyens de transport urbain c’est ce qu’affirment des citoyens du quartier en question rencontrés au niveau d’une ‘’station officieuse improvisée’’ à proximité de la place du 1 er novembre où s’alignent des taxis clandestins, en attente de citoyens à transporter.



Comment les habitants sont-ils transportés ?
« Tout simplement, grâce aux chauffeurs clandestins qui les prennent en charge en contrepartie d’un tarif égal à celui du taxieur agrémenté soit 15 dinars la place », répond un quadragénaire se trouvant sur les lieux. Un acte sûrement répréhensible par les autorités concernées, mais approuvé par les citoyens qui trouveraient en cet interdit ‘’ presque toléré’’ un ‘’secours inespéré. ‘

Un manque de transport urbain, pourquoi ?
Ce défaut de transport s’expliquerait d’après les uns, peut-être par l’état des routes, lesquelles sont défectueuses en partie ! D’autres supposent que c’est du à la pente oblique de la route qui fatiguerait le moteur ! ...etc… Enfin, des obstacles énoncés, pourtant qui n’empêchent pas des chauffeurs clandestins à ‘’garer ‘près de la mosquée ‘’El Badr’’ au centre-ville, et ce en dépit, des nombreux moyens de locomotion officiels existants, dont des sociétés de taxi, bus collectifs, taxis individuels qui engorgent la ville de Mostaganem. Le quartier en question contrairement aux autres cités de la commune, manquerait de transport. Et dire que cette cité « oubliée » se situant côté nord tout en bas de la ville de Mostaganem près de la mer dotée d’un des principaux ports d’Algérie  qui connait une activité portuaire très importante, mouvementée de jour jusqu’à des heures tardives la nuit ne désemplissant pas de monde à longueur d’année (Weekends compris). On y rencontre des habitants, des pêcheurs, des travailleurs etc…se déplaçant, les uns rejoignant leurs lieux de travail, les autres le centre-ville et vis –versa… Une situation qui ne semblerait émouvoir personne, pas même les élus. Qui aurait pu croire que parfois l’interdit bravé par des chauffeurs non officialisés saurait apporter du réconfort, de la joie et du soulagement à une frange de la société dans le besoin. Un plan de transport urbain, devrait sûrement répondre convenablement aux attentes de ces populations soumises au calvaire quotidien et parfois à des dépenses abusives ‘’imprévisibilités et urgences médicales obligent’’. Il ne reste plus qu’à espérer que ce dossier crucial soit ‘’encore ‘‘ pris en charge par le chef de l’exécutif de wilaya qui est le seul à pouvoir user de son autorité pour régler ce ‘’énième’’ problème vital qui vient s’ajouter aux autres difficultés en cours de règlement qu’a connu la wilaya de Mostaganem.  

 

Benyahia Adda
Vendredi 25 Décembre 2015 - 18:03
Lu 306 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+