REFLEXION

PHARMACIES DE GARDE A SIDI ALI : La permanence n’est pas respectée

Si vous habitez Sidi Ali ou ses alentours immédiats, évitez de tomber malade la nuit. Vous risqueriez de payer chèrement votre état de santé dégradable et pour cause, le verrouillage général observé par les officines qui baissent rideaux, souvent à partir de 20 heures à l’automne. Beaucoup de citoyens, confrontés à des besoins ponctuels urgents en médicaments indispensables, se sont plaints de ne pas trouver de pharmacies ouvertes pendant la nuit.



Pourtant, il existe bel et bien une liste de permanences nocturnes, établie par les services du secteur sanitaire de la wilaya de Mostaganem et qui contraint, législation oblige, les pharmaciens à assurer une prestation de service à tour de rôle durant la nuit. En effet, il n'y a pas de pharmacie de garde et les raisons avancées sont multiples d’après eux, dont principalement la peur qui hante les esprits de dizaines, «Les pharmacies ne sont pas prêtes à assurer les gardes la nuit tant que la sécurité n'est pas garantie», nous indique  un des pharmaciens de la région. Les pharmacies sont parfois l'objet d’agressions et attaquées en plein jour par des toxicomanes à la recherche de psychotropes. L'absence de réglementation régissant ce type de permanence entrave davantage l'organisation au niveau local. Les seules permanences assurées les week-ends et les jours fériés sont bénévoles. Malheureusement, la profession de la pharmacie est, selon plusieurs anciens pharmaciens, devenue un commerce lucratif qui s'exerce du matin à la tombée de la nuit tandis que la permanence est renvoyée aux calendes grecques, mettons la fin de l'ordre dans un secteur qui est sacré dans les pays d'outre-mer. Devant cette situation, les habitants de Sidi Ali espèrent l’intervention des autorités locales, un geste salvateur pour la résurrection de la permanence pharmaceutique de ses cendres, et à ce futur moment, les malades locaux de Sidi Ali et surtout les résidents des zones voisines, continuent à souffrir silencieusement, pour peu que nos décideurs comprennent que la santé publique n'est, en aucun cas, un jouet entre les mains de négoces médicinaux irresponsables.

F.K
Vendredi 8 Novembre 2013 - 22:00
Lu 257 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+