REFLEXION

PERTURBATION SUR LE MARCHE A TISSEMSILT : Hausse vertigineuse des prix des matériaux de construction

Le prix du ciment depuis quelques jours connaît une hausse à Tissemsilt passant de 680 DA/ sac à 800 DA/ sac sur le marché et l’évolution de cette crise des matériaux de construction ne semble encore pas trouver de solution dans la wilaya.



Selon des sources concordantes, cette situation s’explique par le fait de la fermeture de la cimenterie de Chlef pour maintenance annuelle d’une part et d’autre part par une forte demande du ciment sur le marché à l’heure actuelle alors que la production locale ne parvient pas à satisfaire cette demande. La courbe des prix est toujours à  la hausse au point où le domaine de la construction s’est vu sérieusement affecté, certains chantiers, particulièrement ceux tenus par les particuliers sont carrément à l’arrêt, soit par la rareté des matériaux ou tout simplement par la cherté des prix de ces matériaux, disaient les entrepreneurs en affirmant qu’avec ces prix la cadence des travaux a sensiblement diminué causant des retards considérables particulièrement dans le domaine du bâtiment d’où se manifeste leur peur quant à l’aventure avec ces prix préférant ne pas prendre plus de risques qui influent négativement sur leur marge bénéficiaire. Un petit tour d’horizon fait ressortir que le sac de ciment est cédé à un peu près de 800 DA et encore, il faut espérer qu’il soit disponible, à cause de la forte demande exercée sur les autres complexes et en l’absence de Chlef qui habituellement alimente la wilaya en ciment, nos interlocuteurs ajoutent que ces prix découragent le plus optimiste de ces entrepreneurs et ouvrent grande la porte à certains spéculateurs qui depuis quelque temps dictent leur loi, ils y voient en cette crise une aubaine pour s’enrichir davantage, pour d’autres, il s’agit d’un phénomène normal qui intervient à chaque fois qu’on ferme un complexe pour maintenance et que la consommation devient forte. Pour le moment, la seule solution trouvée par les entrepreneurs et autres particuliers pour diminuer l’impact de cette crise sur leurs dépenses est d’abandonner momentanément les travaux dans l’espoir que les prix des matériaux de construction baissent, une solution somme toute légitime mais malheureusement, elle influe négativement sur l’avancement des travaux engagés aux quatre coins de la wilaya ainsi que sur les différents programmes de développement.

A. Ould El Hadri
Dimanche 3 Janvier 2016 - 17:12
Lu 127 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+