REFLEXION

PERSONNALITE DU JOUR : Kamel Daoud (écrivain)



Kamel Daoud, né le 17 juin 1970 à Mesra dans la wilaya de Mostaganem, est un écrivain et journaliste algérien d'expression française. Kamel Daoud après avoir fait des études secondaires, il entre à l'université pour étudier la littérature. Il s’attache au Journalisme dès 1994, où il fut recruté comme journaliste et chroniqueur au journal francophone, le Quotidien d'Oran. Il y publie sa première chronique trois ans plus tard, titrée « Raina raikoum » (« Notre opinion, votre opinion ») Il est pendant huit ans le rédacteur en chef du journal. Chroniqueur dans différents médias, il est éditorialiste au journal électronique Algérie-focus et ses articles sont également publiés dans Slate Afrique. Le 12 février 2011, dans le cadre d'une manifestation, il est brièvement arrêté. En 2011, son recueil de nouvelles Minotaure 504 est sélectionné pour le prix Goncourt de la nouvelle, et pour le prix Wepler-Fondation La Poste qui échoit finalement à Éric Laurrent.
En octobre 2013 sort son roman Meursault, contre-enquête, qui s'inspire de L'Étranger d'Albert Camus : le narrateur est en effet le frère de « l'Arabe » tué par Meursault. Le roman évoque les désillusions que la politisation de l'islam a entrainées pour les Algériens. En Algérie, le livre est l'objet d'un malentendu : « Sans l'avoir lu, de nombreuses personnes ont pensé que c'était une attaque de L’Étranger, mais moi je n'étais pas dans cet esprit-là. Je ne suis pas un ancien moudjahid. […] Je me suis emparé de L’Étranger parce que Camus est un homme qui interroge le monde. J'ai voulu m'inscrire dans cette continuation. […] J'ai surtout voulu rendre un puissant hommage à La Chute, tant j'aime ce livre. »
L'ouvrage obtient en 2014 le prix François-Mauriac et le prix des cinq continents de la Francophonie. Il est présent dans la dernière sélection du prix Goncourt 2014, et est à une voix de le remporter (4 votes contre 5 pour Lydie Salvayre, qui l'obtient donc finalement. L'année suivante, il est couronné du prix Goncourt du premier roman 2015.
En 2015, Meursault, contre-enquête est adapté en monologue théâtral par Philippe Berling, metteur en scène et directeur du Théâtre liberté de Toulon. Sous le titre Meursault, l'adaptation est jouée au 69e festival d'Avignon, au théâtre Benoît-XII.
Le 3 décembre 2014, dans l'émission de Laurent Ruquier On n'est pas couché sur France 2, Kamel Daoud déclare à propos de son rapport à l'islam : «  La question religieuse devient vitale dans le monde arabe. Il faut qu'on la tranche, il faut qu'on la réfléchisse pour pouvoir avancer. » Quelques jours plus tard, cela lui vaut d'être frappé d'une fatwa par Abdelfattah Hamadache i, un salafiste, qui a appelé le 16 décembre sur Facebook à son exécution écrivant que « la sanction serait la mort pour apostasie et hérésie. » Il réitère par la suite ses menaces sur les chaînes de télé et les sites d’information des extensions TV des quotidiens arabophones Ennahar et Echourouk.
À la suite de la plainte déposée par Kamel Daoud devant la justice au sujet de ces menaces publiques de mort proférées par l'imam, l'imam Abdelfattah Hamadache Zeraoui est condamné à six mois de prison. Sélectionné pour le Prix Goncourt de la nouvelle : Prix François-Mauriac 2014, Prix des cinq continents de la Francophonie 2014, Finaliste du prix Goncourt 2014, Prix Goncourt du premier roman 2015.

 

Réflexion
Vendredi 17 Mars 2017 - 18:07
Lu 750 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 21-11-2017.pdf
3.67 Mo - 20/11/2017





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+