REFLEXION

PERCEPTION DE LA TAXE DE SEJOUR DANS LES ZONES TOURISTIQUES : Les communes appelées à renflouer leurs caisses



Les communes classées zones touristiques, dans la wilaya d'Oran, doivent redoubler d'efforts, en matière de perception de la taxe de séjour qui, faut-il le rappeler, constitue une source importante de revenus pour les collectivités locales, notamment les communes côtières et à forte affluence d'estivants. Selon des sources proches de la wilaya, les communes classées zones touristiques et balnéaires, à savoir : Oran, Marsat El Hadjadj, Arzew, El Ançor, Ain El Turck, Ain El Kerma et Gdyel, sont tenues de mettre en œuvre tous les moyens légaux pour la perception de cette taxe qui leur permet de renflouer leurs caisses. Nos sources soulignent que les maires de ces communes ont été instruits pour l'application des dispositions de la loi de Finances 2006 qui fixe la taxe de séjour, pour chaque nuitée, entre 20 et 30 DA, ceci quand il s'agit d'établissements non classés. Pour les établissements hôteliers classés 3 étoiles, la taxe est fixée à 50 DA, pour les hôtels à 4 et 5 étoiles, elle est respectivement de 150 et 200 DA. Nos sources indiquent, par ailleurs, que les chiffres communiqués, lors d'une des sessions de l'APW, font ressortir que l'APC d'Oran, qui dispose de quelque 80 établissements  hôteliers, sur son territoire, pourrait ainsi bénéficier d'une manne financière estimée à plus de 85.000 DA par jour. Arzew, qui dispose aussi de 5 établissements hôteliers, devrait bénéficier d'entrées pécuniaires estimées à plus de 5.000 DA par jour. Si la perception de la taxe de séjour est un droit pour ces communes, notre source indique que la direction du Tourisme exige, des collectivités locales, d'offrir aux estivants toutes les commodités pour leur assurer un séjour agréable, notamment assurer l'alimentation en eau potable, l'éradication des points noirs et décharges sauvages, ainsi que l'assainissement. Les responsables doivent aussi veiller à la sécurité et à l'hygiène des estivants. Concernant la perception de cette taxe, si dans certaines communes, à l'image d'Oran ou d'Aïn El Turck, les services concernés perçoivent régulièrement cette taxe, même si de l'avis de certains responsables cela ne représente pas d'importantes entrées pécuniaires, dans d'autres communes les P/APC nous ont affirmé que leurs communes, jusqu'à maintenant, ne perçoivent pas la taxe de séjour.              

Rafik M
Mardi 12 Février 2013 - 09:43
Lu 252 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+