REFLEXION

PENURIE DE DOCUMENTS OFFICIELS DANS LES COMMUNES D'ORAN : L’imprimerie communale dans le collimateur

Les services de l’état civil de plusieurs communes de la wilaya d’Oran connaissent une pénurie de documents officiels, ce qui réduit leur capacité à répondre favorablement aux sollicitations des citoyens.



PENURIE DE DOCUMENTS OFFICIELS DANS LES COMMUNES D'ORAN : L’imprimerie communale dans le collimateur
Plusieurs personnes que nous avons rencontrées ont dénoncé cette situation en affirmant que des agents de certaines communes n’hésitaient pas à leur remettre des documents vierges en leur demandant de les photocopier. « Pourquoi deux extraits de naissance, un agent m’a remis un document vierge en me demandant d’aller le photocopier. J’ai du accéder à cette demande pour faire établir l’extrait de naissance de mon fils en double exemplaire », dira une citoyenne rencontrée au niveau de l’antenne 3 du secteur urbain de Sidi El Bachir (ex plateau St Michel). Les responsables de la commune d’Oran sont conscients de cette situation et ont affirmé à maintes reprises qu’ils déploient de grands efforts pour la régler. » Ces documents sont confectionnés par l’imprimerie communale de st Pierre qui a le caractère de l’Epic. Pour décider d’une commande, il faut l’aval de la commission des marchés de la commune et les frais constituent une dépense qui doit être avalisée par l’assemblée populaire de la commune. Ce sont les procédures légales qui doivent être scrupuleusement suivies », affirme un responsable de la municipalité d’Oran. Les nombreux secteurs urbains que nous avons visités ont déploré ce fait en affirmant que le comportement de certains citoyens en est à l’origine. « Certains sollicitent les agents pour se faire établir des documents en plusieurs exemplaires. Cela épuise les stocks et nous met en situation de pénurie », notent d’autres sources de la commune d’Oran. Un jeune que nous avons rencontré à l’entrée de la mairie d’Oran fera remarquer que l’administration ne veut pas se débarrasser de certains reflexes bureaucratiques. « ce n’est pas de ma faute si pour déposer un dossier au niveau de l’ANSEJ, on a exigé de moi un dossier avec des documents établis en trois exemplaires originaux, je suis obligé de remplir cette condition, ce que ne veulent pas comprendre les agents de guichets de l’état civil », dira-t-il, un responsable du service se voulant optimiste avouera que le problème de la disponibilité de documents vierges sera réglé incessamment. Le maire ne manquera pas de souligner à cet égard que le personnel du service a connu un grand changement. « Certains ont été mutés et d’autres ont été sanctionnés. Nous avons mis en place un dispositif qui permet le traitement des demandes de documents le jour même grâce à un système informatique qui connaitra dans les prochains jours son extension aux autres communes d’Oran et à l’avance cela ne veut pas dire que nous allons dormir sur nos lauriers », dira M. Hassam Zineddine. Le transfert du service état civil vers des locaux plus spacieux à M’dina jdida semble avoir porté un coup dur aux intermédiaires qui continuent d’errer sans but sur l’esplanade de la place du 1er novembre (ex place d’armes). Les commandes à l’imprimerie seront bientôt lancées et le problème sera définitivement réglé. Les citoyens doivent faire preuve de patience, ce sera bientôt la fin, affirme-t-il.

N.Bentifour
Vendredi 24 Juin 2011 - 10:37
Lu 379 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+