REFLEXION

PELERINAGE 2012 :500 pèlerins victimes d’arnaque par des agences de voyage

La situation n’est guère reluisante. Egarement, morts et bousculades : chaque année, le quotidien des pèlerins algériens ne diffère pas d’une année à l’autre. Cette année encore, les mêmes histoires se racontent. Et rien ne semble changer.



PELERINAGE 2012 :500 pèlerins victimes d’arnaque par des agences de voyage
Le bilan n’est toujours pas fait, mais on sait d’ores et déjà que plusieurs hadjis algériens ne reviendront plus jamais au pays. Une vingtaine a déjà perdu la vie, tandis que des dizaines d’autres sont déclarés perdus dans les lieux Saints. Cela sans parler du préjudice moral subi par des dizaines d’autres qui se trouvent, pour certains d’entre eux, dans des hôpitaux saoudiens. Les coupables sont vite désignés. Les agences de voyage, accréditées par les autorités, sont apparemment à l’origine de cette descente aux enfers. Selon de sources concordantes ont indiqué que 7 agences de voyages ont laissé sur le qui-vive  quelques 500 pèlerins algériens qui n’ont pu quitter Arafat après avoir accompli le rite de pèlerinage le jour de l’Aïd. Certains responsables renvoient cette situation aux multiples bousculades que provoquent les pèlerins lors qu’ils sont appelés  à se rendre dans un endroit précis des lieux saints. Mais ils ont oublié de dire que cela concerne en réalité toutes les nationalités. Or,  les autorités saoudiennes considèrent les Algériens parmi les « pèlerins les plus abandonnés » rapportent la même source. Le président de l’Office national d’El Hadj, Cheikh Berbara, a menacé, samedi sur les ondes de la radio nationale, de représailles contre les agences de voyages qui n’auraient pas bien accompli leur travail. Mais, là encore, le discours est presque galvaudé. Tous les ans, les mêmes discours sont tenus face aux mêmes drames. Ceci pendant que des familles entières sont endeuillées par des comportements irresponsables de certains accompagnateurs. 

Riad
Lundi 29 Octobre 2012 - 05:00
Lu 473 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager


1.Posté par Dib le 29/10/2012 10:27
J'y etais en 2009 ,et pour les responsables de la bi3ta algerienne totalement absents ,aux hotels,à Arafat ou à Mina.A part nos medecins ou nos pompiers , Seul les services des associations saoudiennes qui nous prenaient en charge en cas extremes.
Pour le retour du nous etions oubliés une journée à l'hotel à Medine,car l'ordre avec liste a été affiché dans un autre hotel par erreur, une fois à l'aéroprt de djeddah aucun responsable algeriens, et on nous dit votre avion est parti hier; apres toutes une soirée et une nuitnous avons designé deux hadj qui ont negocié notre situation avec les chefs d'escal Saoudiens qui apres plusieures communications , on nous change nos billets par d'autres aux noms d'autres personnes;peu importe homme ou femme et nous embarquer.
Cela juste pour dire : ce n'est pas nouveau ce comportement ,ce corps chargé du Hajj et ses responsables , ces agences favorisées le feront toujours.Personne ne croiera à leur sanction ! meme si c'est dit par Mr Berbara comme cela était dit les annés passées d'ailleurs.
proposez aux peuples de trouver une solution au lieu de lui imposer cette bande de commerçants

2.Posté par Mohamed Djamel le 29/10/2012 10:58
Le dossier du pèlerinage qui s'ouvre, chaque année, avec ses dysfonctionnements, insuffisances et graves défaillances qui n'ont pas encore trouvé de solutions, mérite d'être examiné sérieusement. Il me semble que les raisons de ces "catastrophes" annuelles sont liées au fait que les pouvoirs publics ne s'impliquent pas suffisamment dans la gestion et le contrôle de ce dossier qui attire de plus en plus de rapaces et de corrompus avec les opérateurs saoudiens (contrats d'hébergement). Des millions de dollars sont "versés" aux baathates par les opérateurs saoudiens lors de la négociation et la signature des contrats d'hébergement. C'est ce qui attire certains requins et ce qui explique l'absence de gestion rigoureuse et surtout l'absence de contrôle et de sanctions. Pourtant, l'organisation de ce voyage aux "Lieux Saints" est facile. Le coût du Hadj pourrait même être réduit de moitié, selon des formules d'organisation simples et adaptées aux pèlerins algériens. Je dirais enfin que la presse devrait ouvrir un débat sur ce dossier qui doit être géré par une structure simplifiée du ministère des affaires religieuses et non par un Office qui constitue une véritable entrave à la coordination intersectorielle. M. Belkhadem qui a été à l'origine de la création de l'Office de Barbara, savait que les problèmes du pèlerinage étaient d'ordre organisationnel et non organique. La mise en place de cette "structure" a donné lieu au départ à des "disputes" publiques entre le Ministre et Barbara. Ce qui est en soi une honte.

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+