REFLEXION

PATRIMOINE ET BIENS IMMOBILIERS DE BOUSFER : 17 villas somptueuses détournées



Des villas somptueuses faisant partie du patrimoine de la commune de Bousfer, sont toujours entre les mains de particuliers. Certains, en ont disposé comme s’il s’agissait de leurs biens personnels. Cela jusqu’à les vendre en toute illégalité et en porte-à-faux avec les dispositions du cahier des charges communal. Elles ne sont pas moins de 17 villas luxueuses, qui appartenaient à la commune de Bousfer, tenues dans le secret total, jusqu’à l’arrivée de l’actuelle assemblée et à sa tête, madame le maire. La surprise, a été générale pour les membres de la nouvelle assemblée communale, dont la plupart ne soupçonnaient même pas l’existence d’un tel patrimoine. Voila que cette nouvelle équipe communale dès son installation se trouve confronter à une situation et dont elle ne s’attendait pas à hériter. Où sont passées ces villas de la commune, dont les locataires ne versaient même plus les loyers? Justement, nous dit-on de sources proches de la mairie, et de ces habitations « il ne reste que les emplacements. Vendues, cédées au plus offrant à des prix exorbitants. Situées en bord de mer, ces maisonnettes qui existent depuis l’indépendance, ont laissé la place à des villas somptueuses, de deux à trois étages. Les anciennes bâtisses, allant du style colonial au style marin et à l’architecture ancienne, ont été transformées en structures d’une laideur criante. Vendues par désistement à des tiers et au plus offrant, ces maisons sont aujourd’hui, un fait accompli et la commune n’en tire même pas les dividendes. L’enquête déclenchée par les services de la commune semble avoir butté sur des difficultés sérieuses, étant donné que du temps de l’ancien wali, les membres d’un influent parti politique ont fait pression sur la justice pour écarter leurs protégés, à l’origine de cette gabegie et d’autres encore. La commune de Bousfer n’a pas encore livré tous ses secrets et risque même de mettre dans de sales draps d’anciens élus et responsables de la wilaya et leurs protégés à Alger et ailleurs. Cela est d’autant plus grave que même les loyers dérisoires de plusieurs années n’ont pas été versés à la commune, alors que les recettes communales en ont grandement besoin. Malgré les mises en demeure et autres rappels, la situation reste bloquée et les villas perdues à tous jamais.


Medjadji H
Mercredi 27 Juillet 2011 - 10:15
Lu 350 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+