REFLEXION

PAS DE CONCESSION DE PLAGES POUR LA PROCHAINE SAISON ESTIVALE : 2011, une année blanche



PAS DE CONCESSION DE PLAGES POUR LA PROCHAINE SAISON ESTIVALE : 2011, une année blanche
On prévoit une année blanche pour la prochaine saison estivale. Il n’y aura pas de concession de plages dans la wilaya d’Oran», a déclaré le directeur du Tourisme M. Benmansour. L’on saura que les problèmes, ayant entouré l’opération de mise en concession des plages pour la saison estivale en cours, est à l’origine de cette décision prise par la wilaya, suite à une concertation avec la direction du Tourisme. Le directeur du Tourisme confiera : «C’est en fait un test, qu’on fait, pour rompre avec les anciennes habitudes. Cette décision nous permettra également de voir plus claire et de mieux préparer les prochaines saisons estivales.» Rappelons que, pour la saison estivale en cours, l’opération de concession des plages n’a été résolue qu’au début de mois de juillet, soit avec un retard d’un mois, la saison estivale ayant été lancé le 1er juin. En fait, la direction du Tourisme a pris les choses en main à la fin du mois de mai, lançant elle-même un avis d’appel d’adjudication pour la concession de 19 plages du littoral oranais alors que cette opération était du ressort des communes.La direction du Tourisme a voulu ainsi développer cette opération et attribué les plages en concession pour une durée de cinq ans à des professionnels. Cependant, la mise à prix a été jugée excessive et l’avis d’appel a été infructueux. Rappelons que le prix d’ouverture d’adjudication variait entre 1,6 million de dinars et 33 millions de dinars, selon l’emplacement de la plage, sa surface et le flux qu’elle enregistre. A la mi-juin et vu que les plages étaient investies par des indus occupants, qui les exploitaient frauduleusement, la wilaya a décidé de remettre l’opération de concession des plages aux communes, qui devaient procéder par la formule de gré à gré. Cela a engendré d’autres problèmes et des contestations. Parmi les plus gros problèmes, celui ayant opposé la direction du complexe des Andalouses et le maire d’El-Ançor. Ce dernier a coupé la plage des Andalouses, celle longeant le complexe touristique étatique, en deux parties, l’une de 600 m2 et la seconde de 400 m2. Il a voulu céder une des plages à un particulier alors que la loi stipule dans le décret exécutif n° 04-274 du 05 septembre 2004, fixant les conditions et les modalités d’exploitation touristique des plages ouvertes à la baignade, stipule dans son chapitre 1 article 4 que «la priorité à la concession des plages attenantes aux établissements hôteliers classés est reconnue à ceux-ci aux conditions de l’adjudication.» Selon la direction des Andalouses, «les conditions d’adjudication ont été remplies par le complexe des Andalouses, qui a présenté son offre à la commune pour les plages «A» et «B». On s’est même aligné sur l’offre la mieux-distante pour la partie de 600 m2 afin de bénéficier des deux plages.» Signalons que, pour cette affaire, le wali a tranché, annulant la mise en concession de cette plage lancée par la commune d’El-Ançor. Cette plage est revenue au complexe des Andalouses.L’année prochaine, le problème ne se posera pas pour ce complexe touristique, ainsi que pour les autres plages. On se demande qui en profitera.

Raffik
Mardi 20 Juillet 2010 - 11:11
Lu 584 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+