REFLEXION

PAR MANQUE DE PISCINE : Des enfants s'ébattent dans les jets d'eau de l’abattoir à Bethioua



L'absence totale de piscine et d’aires de jeu au niveau de la ville de Bethioua a pénalisé énormément les jeunes et surtout les enfants pendant la période estivale, surtout en ce début d'été où la canicule bat son plein. Ils n'ont pas où aller, alors le seul moyen de divertissement qui a donné espoir à ces bambins désespérés, ce sont les jets d'eau  de  l’abattoir qui est abandonné dans un état lamentable qui font office de ronds-points  dans ces infrastructures appartenant à l’Etat. Chaque  jour, malgré les dangers qu'ils encourent, des enfants, et des jeunes de 12 à 15 ans se dirigent vers les eaux sales et troubles de l’abattoir pour se baigner et se rafraîchir. Il y en à même qui tentent des plongeons spectaculaires, d’autres se donnent en spectacle  du fait qu’ils se baignent tout nu, surtout au niveau de la  fontaine de  Sidi Amar. Un  spectacle houleux se déroule quotidiennement au vu et au su de tout le monde. A Bethioua, c'est devenu une habitude, chaque été les jets d'eaux des différents ronds-points sont et surtout les eaux de l'abattoir qui est  pris d’assaut malgré l'exigüité de l'espace, se transformant en de véritables centres de loisirs pour les enfants et les jeunes. On  se désaltère, on se baigne et on fait tout. Situées à quelques dizaines de kilomètres de la mer, les plages de  Mers El Hadjadj et El Macta affichent complet  et pour s'y rendre là-bas  il suffit de prendre les bus du village de Mers El Hadjadj moyennant une somme modique de 50 Da.  Malheureusement pour ces bambins issus tous des milieux défavorisés, et qui n'ont pas trouvé le chemin des vacances. Chaque  jour vers midi, des dizaines d'enfants se précipitent vers les jets d'eau des ronds- points pour profiter de ce point d'eau. Au vu de cette situation alarmante, que les élus locaux qualifient  de véritable spectacle amusant, aucun plan de prise en charge pour une jeunesse en perdition n'a été mis en place. Par  ailleurs, ce qui se passe aujourd'hui dans les autres bourgades relevant de la wilaya d’Oran c'est plus pire, des jeunes et bien sûr des enfants continuent à se baigner dans les oueds et les retenues d'eau où chaque année on enregistre des noyades. Par ailleurs, il faut souligner que  le  fameux projet de réalisation de la piscine semi olympique n’a encore pas vu le jour et les enfants sont contraints de prendre le chemin de l'abattoir et de ces lieux pour se détendre. 

Medjadji. H
Lundi 19 Août 2013 - 11:10
Lu 94 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+