REFLEXION

PALESTINE : Israël doit choisir entre la paix et la colonisation



PALESTINE : Israël doit choisir entre la paix et la colonisation
À la tribune de l'ONU, le président palestinien Mahmoud Abbas a dénoncé la «mentalité d'expansion et de domination» d'Israël. Alors que le moratoire sur la colonisation expire ce dimanche à minuit, le président palestinien Mahmoud Abbas continue d'exiger sa prolongation pour poursuivre les négociations de paix. Le processus de paix vit peut-être déjà ses dernières heures. Relancées au début du mois sous l'impulsion des États-Unis, les discussions directes entre Israéliens et Palestiniens sont aujourd'hui suspendues à la prolongation du moratoire sur la colonisation, qui expire dimanche soir. Israël doit choisir «entre la paix et la poursuite de la colonisation», a lancé Mahmoud Abbas samedi à la tribune de l'ONU, dénonçant la «mentalité d'expansion et de domination» de l'État hébreu. Pour le président palestinien, la prolongation du moratoire est une condition sine qua non de la poursuite des négociations. Soucieux de ne pas apparaître comme le fossoyeur des pourparlers de paix, il a néanmoins précisé que les Palestiniens souhaitent toujours la paix: «Nos mains blessées sont encore capables de tendre une branche d'olivier, qui vient de ces arbres que l'occupant déracine chaque jour».Tous les regards se tournent désormais vers le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou. C'est lui qui avait annoncé, le 25 novembre dernier, un moratoire de dix mois sur les implantations de Cisjordanie occupée, qui doit prendre fin dimanche à minuit. Un moratoire partiel, qui ne concernait pas les milliers de chantiers déjà engagés, ni les constructions de bâtiments publics (écoles, synagogues, bains rituels etc.), ni Jérusalem-Est. Aujourd'hui, Benyamin Nétanyahou doit décider si la paix vaut la prolongation de ce moratoire. Jusqu'ici, le premier ministre israélien l'a toujours exclu. De leur côté, les colons juifs de Cisjordanie ont déjà prévu de poser symboliquement dimanche la première pierre d'un nouveau quartier dans la colonie de Revava, dans le nord de la Cisjordanie, afin de marquer le «dégel» de la construction. Les colons ont aussi promis de lancer une série d'appels d'offres pour une relance à grande échelle des mises en chantier. «Dimanche soir, les chantiers vont redémarrer, nous n'aurons pas besoin de décision spéciale ou d'annonce», a prévenu la ministre israélienne des Sports et de la Culture Limor Livnat. Afin de sauver le processus de paix, la communauté internationale a expressément demandé à Benyamin Nétanyahou de prolonger le gel des constructions. «Il me semble vraiment nécessaire de dire aux dirigeants israéliens que le monde ne comprendrait pas si un geste n'était pas fait envers ceux qui tendent la main et qui sont les meilleurs partisans de la paix», a déclaré jeudi à New York le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, faisant allusion à Mahmoud Abbas. L'administration de Barack Obama, à l'origine de la reprise des pourparlers, est particulièrement impliquée dans la recherche d'une solution. À Jérusalem vendredi, un haut responsable israélien a indiqué qu'«Israël était disposé à parvenir à un compromis», tout en précisant «qu'il ne peut y avoir zéro construction» dans les colonies. Mais côté palestinien, le président Abbas, qui a le soutien de la Ligue arabe, a jusqu'à présent rejeté toute solution partielle.

Ismain
Lundi 27 Septembre 2010 - 00:01
Lu 374 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+