REFLEXION

Ouyahia: « Mabrouk aux travailleurs et aux entreprises »

SOMMET DE LA 14EME TRIPARTITE : REUSSI SELON LE PREMIER MINISTRE ?

Ahmed Ouyahia a tenu à souligner la réussite de ce nouveau sommet de la tripartite, il a tenu d’abord à dire Mabrouk aux travailleurs mais aussi aux entreprises. Maintenant que leur revendication a été satisfaite et le SNMG est passé de 15000 à 18000 ; les salariés devraient à présent fournir plus d’efforts et produire plus.



Ouyahia: « Mabrouk aux  travailleurs et aux entreprises »
Mais comme a tenu à le rappeler le chef du gouvernement, il faudrait que cette augmentation incite les citoyens à consommer le produit local pour accélérer le développement de l’économie nationale et booster les entreprises en difficultés, et qui ont été sauvées d’une faillite certaine par les décisions prises lors de la 13ème tripartite. Espérons que le message est passé et que nos salariés optent pour le produits fabriqués localement mais à condition que ceux-ci soient à des prix abordables et répondent aux exigences des consommateurs. Il faut aussi reconnaitre que grâce à certains partenariats réalisés avec des sociétés étrangères à l’image de Henkel, une société Allemande spécialisée dans la fabrication des produits détergents , le contrat est maintenant terminé et la société algérienne s’autogère grâce à l’expérience acquise par ses travailleurs dont certains ont bénéficié de stages à l’étranger, et aux gains réalisés durant ces années car le produit répondait aux besoin d’une clientèle de plus en plus exigeante. Il faudra juste garder la cadence et cela pour entretenir les postes d’emplois et pourquoi ne pas en créer d’autres à l’avenir. C’est la plus grande réussite pour une entreprise et pour le pays. D’ailleurs l’état ne lésine plus sur les moyens pour attirer les investisseurs pour d’éventuels partenariats et dans ce sens, la maison Mercedes devrait produire ses véhicules en Algérie. Les égociations devraient aboutir bientôt, c’est Ouyahia qui l’a déclaré lors de la conférence de presse animée en marge de la tripartite.

Le gouvernement soutient-il les lobbys de l’importation ?
L’intervention du président du forum des chefs d’entreprises (FCE) Reda Hamiani, a mis quelques membres du gouvernement en difficultés. En effet, le président du FCE, « accuse » ouvertement l’Etat de soutenir les importateurs et de « lâcher » certains industriels du pays, qui peuvent rendre un énorme service à l’économie nationale. Depuis des années, beaucoup d’entreprises privées, dit-il, ont rencontré des entraves sur le terrain, et pour preuve, plusieurs décisions et revendications sont restées sans suite et même après des années. Hemiani, qui ne mâche pas ses mots fait figure de vieux briscard au sein de cette tripartite, il connait tous les rouages et maitrise son sujet. Le texte de loi constitutif du conseil de la fiscalité, et qui a été décidé depuis plus d’une décennie, attend toujours d’être promulgué, pourquoi tant de retard pour des questions, qui devaient changer beaucoup de choses dans une économie fragilisée par une gestion approximatif et asphyxiée par des lois incompréhensibles et pénalisantes pour les chefs d’entreprises. Les décisions de la 13ème tripartite semble avoir remis le train dans le sens de la marche et les chefs d’entreprises estiment qu’il était temps pour le pays de réagir pour sauver les meubles car de 2002 à 2010, le chiffre des produits importés est passé de 1 à 9 milliards de dollars. Une hausse incompréhensible et aux conséquences lourdes sur les entreprises nationales, qui ont du mal à vendre leurs produits face à une concurrence qu’ils estiment déloyale. Le rééchelonnement des dettes et l’octroi de crédits bonifiés met les entreprises du pays une position plus confortable et l’avenir s’annonce rose à condition que le citoyen consomme algérien. D’ailleurs à l’annonce des décisions sur les différentes décisions prises par les membres de la tripartite, Ahmed Ouyahia a tenu à dire : « mabrouk aux salariés pour l’augmentation du SNMG à 18000 dinars, c’est à eux maintenant de soutenir les entreprises nationales et de consommer algérien ». Est-ce que cela sera suffisant pour booster un secteur qui se recherche depuis 62.

Ouyahia reconnait qu’il y a de l’argent !
Alors que les retraités doivent attendre les jours voir les mois à venir pour bénéficier de salaires plus dignes, eux, qui se sont sacrifiés pour ce pays et qui ont formés les actuels cadres à tous les niveaux ; Ahmed Ouyahia a reconnu ouvertement qu’il y a de l’argent pour toute entreprise qui voudrait exporter hors hydrocarbure. Ouyahia a reconnu que l’Etat pourrait avancer la somme qu’il faut 20, 30, 40, 100 millions de dollars, pourvu que les entreprises travaillent et dégagent des postes de travail pour les jeunes au chômage. Pourquoi ne pas augmenter les retraités qui se battent seuls face aux spéculateurs, qui les plument à chaque fois que l’occasion se présente. Le pouvoir d’achat des retraités est fragilisé par les prix qui augmentent souvent d’une façon incompréhensible. Le commerce en Algérie n’obéit pas à la loi de « l’offre et de la demande » mais bien à des spéculateurs organisés en véritable bandes de malfaiteurs, qui ont saigné à blanc, le malheureux citoyen. Durant le mois de Ramadhan passé, les légumes comme la carotte et le navet, qui ne dépassent guère les 30 DA/kg en temps normal ont dépassé la barre des 100 dinars car, ils servent pour la préparation de la Hrira. Les prix du sucre et de l’huile sont soutenus rappelons le par l’état. Cette décision avait été prise suite aux émeutes qu’a connues le pays et qu’on avait surnommé « les émeutes de l’huile et du sucre ». Ce qui prouve que l’Etat est riche mais un peu radin parfois. Un ancien instituteur rencontré à la place des martyrs a tenu à nous déclarer ceci : « Je fais partie des pionniers de l’enseignement, juste après l’indépendance, nous avons été les premiers à enseigné dans des écoles sans chauffage, sans eau et sans le moindre matériel pédagogique, à l’époque on manquait de tout et notre seule satisfaction aujourd’hui, c’est de voir beaucoup de ceux que nous avons formé des cadres de ce pays, mais malheureusement, des cadres qui nous ont oubliés pour ne pas dire délaissé. Mon salaire me permet juste de subsister. Toutes les maladies que j’ai contracté et qui ont un rapport avec mon ex-profession, je ne peux même pas les soigner vu le manque de prise en charge, de médicaments et d’une retraite insignifiante alors que ceux que nous avons formé mènent une existence de rois ». Cette réflexion démontre tout le désarroi des retraités, qui attendaient un geste de reconnaissance envers les efforts consentis durant des années si difficiles et un dévouement sans faille

Santé de Bouteflika et fermeture des bars et la censure de L’ENTV
Deux passages des réponses d’Ouyahia ont été censurés par L’ENTV. Le premier concerne une réponse sur la santé du président Bouteflika. L’ENTV a bien diffusé la question de la journaliste mais pas la réponse du Premier ministre. Pourtant, Ahmed Ouyahia n’a annoncé que de bonnes nouvelles sur ce sujet. Il en effet affirmé que le président était « en bonne santé ». « Vous avez pu le constater de vos propres yeux », en allusion aux images de la rencontre entre le chef de l’Etat et le premier ministre du Qatar, diffusées mercredi par la télévision. Le second sujet concerne les conséquences de la fermeture des débits de boisson sur l’emploi au moment où le gouvernement tente de créer des emplois pour réduire le chômage qui touche particulièrement les jeunes. L’ENTV a zappé la question du journaliste ainsi que la réponse du Premier ministre. Pourtant, Ahmed Ouyahia n’a rien dit de choquant sur le sujet. Il s’est notamment contenté de s’interroger : « combien de postes d’emploi peut on créer dans un bar ? Un, deux, mais il faut voir combien de cirrhoses (maladie du foie, NDR), de bagarres on peut trouver dans un bar ». Avant d’ajouter : « les produits alcoolisés qu’on y trouve sont de marques étrangères. Je ne vois pas de production locale à promouvoir ».

Mihoub
Samedi 1 Octobre 2011 - 22:04
Lu 563 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+