REFLEXION

Où va l'argent de la vignette automobile?

A VOIR MOSTAGANEM AVEC DES ROUTES DEGRADEES, DES TROTTOIRS ABIMES ET DES DOS D'ANES…

Les trois mille dinars prélevés au titre de l’acquittement de la vignette automobile ne servent pas à financer la « cause juste » du plan d’entretien et de réhabilitation des routes, car l'état de nos routes qui reflète la dégradation générale du réseau routier de la ville de Mostaganem en est la preuve ..!



Devant les bureaux des recettes des impôts, des milliers d’automobilistes se sont donnés rendez-vous à partir du 4 mai jusqu’au 2 juin prochain pour s’acquitter  de la vignette automobile. Comme chaque année, la petite fortune équivalente à quelques dizaines de milliards qui est collectée  pour renflouer les recettes de l’Etat et des communes comme celle de Mostaganem, sans qu’elle verse une seule goutte de sueur  , commence à faire grincer les dents des contribuables qui s’interrogent sur la destination de ces fonds en raison du manque flagrant d’opérations de réfection et d’aménagement des routes pour lesquelles cet argent  devrait servir..!
Comme c’est impossible de savoir  où va  l’argent de la vignette récolté, il est du droit de chaque contribuable, usager de la route, piéton, deux roues ou automobiliste, d’exiger de l’Etat qui est représenté  par la commune  de lui réaliser un réseau routier abordable.    
Comment être sûr que les quelques milliers de dinars encaissés sur chaque véhicule, seront effectivement destinés à la réalisation de nouvelles routes et l’entretien des chemins et des trottoirs ?
Mise en place depuis des années  pour financer les projets de réalisation et d’entretien du réseau routier, l’ancienne vignette auto n’aurait jamais servi cette noble cause. La raison : les principaux axes routiers menant du centre-ville de Mostaganem au quartier de Tigditt, n’ont connu aucun entretien ou rénovation de même que celui du Belvédère, Arsa, Diar El-Hana, Cité Algérie, Raisin-ville, et plateau. A part, les routes du centre-ville telle que la rue Khemisti, rue Benyahia Belkacem, -passage obligé du cortège du wali-, qui sont entretenues à longueur d'année, les autres routes sont dans un état lamentable. De ce fait, l’automobiliste a tout à fait le droit de se demander où va donc l’argent des vignettes ?
L’ « effet vignette auto » est donc devenu synonyme d’une impossibilité de garantir que l’argent collecté soit effectivement utilisé à ce à quoi il était destiné. C'est peut être une taxe juste,  mais c'est encore une taxe de plus. Car s’il faut prendre l'argent  pour le dépenser là où il faut, la question ne se posera jamais, mais comme cet argent est vraiment très mal réparti, grande interrogation  est là !

Riad
Jeudi 15 Mai 2014 - 09:59
Lu 555 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+