REFLEXION

Où est passé le droit du piéton ?



En plus de toutes les déconvenues liées à l’absence d’espaces réservés, à l’atmosphère, aux bruits, à la pollution, à l’exigüité, aux agressions, la ville est devenue cette « jungle » habitée par ces bêtes féroces que sont ces voitures automobiles, hypomobiles et autres engins autoroutiers . Il faut demeurer vif, alerte et vigilent car à tout instant on risque de se faire écrabouiller à chaque coin de rue. Le piéton a, non seulement été omis en terme de droits mais excessivement sanctionné lorsqu’il y ‘a manquement aux obligations par ce même piétons. En zone urbaine, il est désormais, prescrit que les piétons qui ne respectent pas la signalisation ou qui traversent inconsidérément la chaussée n’importe où s’exposent à des amendes allant de 2000 à 2500 DA. Qu’à cela ne tienne, mais que deviennent les droits des ces piétons en terme de garantie pour leur sécurité ? Il s’agit pour eux d’être de véritables marathoniens pour traverser la rue devant ces flots incessants de voitures qui ne ralentissent jamais même lorsqu’ils sont engagés sur des passages piétonniers. La rue ! cet espace collectif commun partagé par tous les usagers fait ces derniers temps l’objet d’une intense compagne d’information pour ne pas dire d’avertissements et de menaces et à la suite de l’entrée en vigueur des dispositions du nouveau code de la route .Que nous réserve ce dernier et que nous apprend-t -il ? Rien qu’une batterie de dispositions existantes pour la plus part où il est question surtout de sévérité et de l’élévation du niveau du montant des contraventions. Dans notre nouveau code de la route, sauf pour les « dos d’ânes » réalisés sans autorisations et exposent leurs auteurs, encore une fois à de sévères sanctions, aujourd’hui il n’est plus question de ceux qui ignorent la loi ,mais nombreux sont ceux qui se mettent maintenant à défier ces mêmes lois à l’exemple de ceux qui se réservent des portions d’espaces publics.Le nouveau code de la route n’est donc à notre impression qu’un lourd condensé de sanctions nouvelles. Pourra-t-on ainsi tendre vers la formation d’un conducteur responsable et d’un piéton respectueux ? Nous ne le pensons pas. Enfin, en milieu urbain comme à la compagne, l’habitant qu’est le piéton est dans son espace naturel pour lequel il risque maintenant de sévères amendes. Il ne faut pas omettre que le piéton a toujours existé, qu’il existera toujours et qu’il a existé avant même la voiture.

Kacem
Lundi 12 Juillet 2010 - 00:01
Lu 399 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+