REFLEXION

Où est le bon voisinage d’antan ?



Certaines réminiscences me viennent  du passé  où jadis, le bon voisinage était  comme une petite communauté vivant ensemble où tout se partager, aussi bien  dans  les moments d’allégresse  comme dans les moments de douleurs.  Ce n’était pas du voisinage mais une seule famille bien soudée  où le respect mutuel était de rigueur, et où tout le monde se sentait responsable de la famille de son voisin en son absence.  Quand à l’éducation des enfants, tout le voisinage  se sentait concerné pour le bien être de tous les enfants du quartier et quand une personne âgée réprimander le fils du voisin, le père de l’enfant se sentait en sécurité par ce geste.  Quand  un mariage a lieu dans un des foyers, ce sont tous les voisins qui sont concernés qui, en cédant son domicile, un autre s’il est plus où moins aisé aide son voisin par l’achat d’une partie de la dot et c’est le même cas pour le décès. Un autre fait marquant  caractérisait cette époque à savoir  que jamais  un père ne dorme tranquille alors que son voisin ainsi que sa famille meurent de faim, il partagera avec lui tout son repas sans se soucier du lendemain de quoi sera-t-il fait. Dans ce contexte bien précis,  un penseur européen disait «  Chaque jour est un bien que du ciel je reçois, je jouis de tout ce qu’il me donne et il n’appartient pas plus aux jeunes qu’à moi, celui de demain n’appartient à personne ».  Mais actuellement, les données ont totalement changé.  On se croirait vivre  en Occident où chacun ne pense qu’à soi même  en individualiste ne se souciant de personnes, même pas  de ses propres parents. C’est ce qui se passe dans notre société  actuellement  à savoir la médisance, l’escroquerie, le mensonge. Tout cela est du à notre éloignement   des recommandations de notre Prophète et  notre seule solution c’est de retourner à Dieu et son prophète. 

Réflexion
Jeudi 9 Août 2012 - 01:04
Lu 627 fois
NON-DITS
               Partager Partager


1.Posté par Ghodbane3labladi le 09/08/2012 01:30
"Il n'y a que les pauvres qui partagent". Autrefois il y avait 99,9999 % de pauvres ; actuellement il y a beaucoup d'inégalités et de biens mal acquis. Dans biens mal acquis, je mets aussi les bougres d'ânes qui occupent des postes que des algériens honnêtes et compétents devraient en principe occuper.

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+