REFLEXION

Où en est l'économie algérienne après 60 années du déclenchement de la guerre de libération nationale ?

En ce jour du 01 novembre 2014 je tiens à rendre hommage à nos chouhada et par la même occasion à feu mon père le Moudjahid Ali qui a été emprisonné entre 1958 et 1962 à El Harrach et à Lambèse, en espérant que l’Algérie en ces moments de grands bouleversements géostratégiques évitera les turbulences. L’Algérie est indépendante depuis plus de 50 ans. Dans ce contexte, gouverner étant de prévoir, de gérer la pénurie et non de dépenser sans compter se pose cette question stratégique : les pouvoirs successifs entre 1963-2014 ont-ils préparé le défi majeur de l’après hydrocarbures pour les générations futures pour être à la hauteur des sacrifices de ceux qui ont libéré le pays?



1.- En cette ère de la mondialisation impitoyable, où toute nation qui n'avance pas recule.  L'Algérie recelant d'importantes potentialités peut relever ces défis sous réserve d'une gouvernance renouvelée et d'une valorisation du savoir, fondement du développement du XXIème siècle. A t –on fait un bilan objectif de la situation socio-économique et politique loin d'idées générales et surtout proposé des solutions réalistes ? La télévision algérienne ENTV vivant à l'ère du parti unique fait état comme toujours et sans analyse objective par contre d'un bilan euphorique. Les dirigeants algériens tireront-ils les leçons des expériences historiques en s'attaquant à l'essentiel du blocage qui est le fonctionnement du système et non aux apparences en évitant d'assimiler l'Algérien à un tube digestif, afin de mettre le pays sur le bon chemin , éviter une explosion sociale et l'ingérence étrangère qui seraient alors inévitable ? S'il faille éviter la sinistrose car tout ce qui a été entrepris depuis l'indépendance politique n'a pas été totalement négatif, surtout après une décennie sanglante entre 1990/1999 où l'économie a été à l'arrêt, il faut également éviter l'autosatisfaction source de névrose collective. Et ce comme en témoigne les tensions sociales qui touchent tous les secteurs et toutes les wilayas de l'Algérie. L'Algérie ne saurait occulter les mutations mondiales , dont la nouvelle restructuration productive mondiale, la guerre récente des monnaies , aspirant adhérer à l'organisation mondiale du commerce (OMC) et étant liée à un Accord de libre échange avec l'Europe, signé en toute souveraineté par le gouvernement algérien, applicable depuis le 01 septembre 2005 postulant un dégrèvement tarifaire progressif allant vers zéro horizon 2020 qui aura un impact sur le choix des projets futurs, les entreprises algériennes étant les plus fragiles du bassin méditerranéen. Cinq  ans suffiront-ils pour créer de véritables entreprises compétitives? Dans cet Accord, l'Algérie s'est engagée à aller résolument vers une économie de marché qui a ses propres règles de fonctionnement, n'existant pas d'économie de marché spécifique mais des spécificités sociales, d'aller vers la libéralisation de son économie, ce qui saurait signifier ouverture sauvage mais une ouverture maitrisée.. Les contraintes seront plus dures si l'Algérie adhère à l'organisation mondiale du commerce (OMC). Le nombre de questions posées à l'Algérie lors des négociations ayant certes baissées mais restent les questions fondamentales toujours en suspens posées surtout par l'Europe et les Etats-Unis d'Amérique, comme la dualité des prix du gaz, la libéralisation des services, la libre circulation des biens et des capitaux et une nette volonté politique de libéralisation dans le cadre des valeurs internationales. L'Etat dépense 2 fois plus que la moyenne des pays émergents d'Asie avec des résultats deux fois moindres.
2.- La population algérienne était de 35,6 millions d'habitants au 1er janvier 2010 et l'Office des statistiques ((ONS) donne une population  approchant 39 millions d'habitants au 1er janvier 2014. La population active dépasse  les onze millions et la demande d'emplois additionnelle varierait entre 300.000 à 400.000 personnes par an, nombre d'ailleurs sous estimé puisque le calcul de l'ONS applique un taux largement inférieur pour les taux d'activité à la population féminine, représentant pourtant la moitié de la population active et dont la scolarisation est en forte hausse. Pourtant le taux de chômage officiel est estimé à 10/11%  mais incluant les sureffectifs des administrations, des entreprises publiques, les emplois dans la sphère informelle et les activités temporaires de moins de six (6) mois en majorité des emplois improductifs refaire les trottoirs ou désherber les routes. Or, le taux d'emploi est fonction du taux de croissance et des structures des taux de productivité. Le taux de croissance global de l'économie est relativement faible, sachant qu'un accroissement par rapport à un taux de croissance faible de l'année précédente (ce qui est le cas de l'Algérie) donne toujours en valeur relative un taux de croissance faible même si le taux est supérieur l'année qui suit.  Pour le gouvernement, le taux d’inflation a été en moyenne de 3% entre 2008/2014, excepté  2012 où il a atteint  les 10%» Le taux d'inflation officiel repose sur un indice largement dépassé, alors que le besoin est historiquement daté. Un agrégat global comme le revenu national par tête d'habitant peut voiler d'importantes disparités entre les différentes couches sociales. Dire que le salaire moyen de l’Algérien est de 30.000 dinars n’a aucune signification économique  sans tenir compte de la concentration du revenu national au profit d’une minorité rentière.  Une  analyse pertinente doit lier le processus d'accumulation la répartition du revenu (70% percevant moins de 300 euros par mois net), le modèle de consommation par couches sociales, l'évolution des biens de première nécessité. L’on doit  déflater par le taux d'inflation réel pour déterminer le véritable pouvoir d'achat. Aussi, une interrogation s'impose : comment est-ce qu'un Algérien, qui vit au SNMG, 200 euros par mois, soit 6 euros par jour alors que le kilo de viande dépasse  10 euros fait face aux dépenses incontournables : alimentation, transport, santé, éducation. La cellule familiale, paradoxalement, la crise du logement (même marmite, mêmes charges), les subventions  et les transferts sociaux, 60 milliards de dollars soit 27/28% du PIB 2013/2014 entre jouent temporairement comme tampon social ? Comme cela pose la problématique de la dépendance alimentaire croissante.
3.- Les exportations pour 97%  représentées par les hydrocarbures libellées en dollars, d'où l'importance d'être attentif aux fluctuations des taux de change au niveau international, ont fortement reculé ces   dernières années. Une hausse du dollar  et une baisse de l’euro réévalue les exportations en valeur mais gonfle les importations algériennes –60% en euros.  Le pays est fortement dépendant des biens de capital et des biens de consommation intermédiaires et finaux presque tous importés n'ayant pas jeté les bases d'un appareil productif capable d'affronter la concurrence internationale et les tendances relatives des grands agrégats économiques bien que positives, révèlent une macroéconomie sous contrôle relatif. Les hydrocarbures représentent l'essentiel des exportations et la persistance des déficits publics a produit un système d'éviction sur l'investissement productif et une dette publique intérieure et extérieure épongée artificiellement par la rente des hydrocarbures. Le montant des réserves de change, signe monétaire dues à des facteurs exogènes et non signe du développement, composée des réserves de change à hauteur de 46% en dollars et à 42% en euros, le reste étant constitué d'autres monnaies étrangères à l'image de la livre sterling et le yen japonais, dont 80% environ placées à l'étranger , notamment en bons de trésor américains et européens, ont été estimées à 56 milliards de dollars en 2005, 77,78 milliards en 2006, 110 milliards en 2007  à 138,35 milliards de dollars en 2008,  pour 2009 à 147,2 milliards de dollars US , 157 milliards de dollars en  2010 et à 194 milliards de dollars par la banque d’Algérie fin mars 2014 non compris les 173 tonnes d’or. Si la baisse des cours des hydrocarbures  se maintient la fourchette de 85 dollars,  le budget fonctionnant sur la base d’un cours  de 120/125 dollars entre 2014/2015 contre 110/115 entre 2012/2013 a un répit de  quatre années.
4.-D'où l’importance  de la rationalisation des choix budgétaires  et éviter les effets mitigés de la dépense publique et les réévaluations permanentes qui , sans être exhaustif, sont les suivantes: l'existence d'un décalage entre la planification budgétaire et les priorités sectorielles ; l'absence d'interventions efficaces dues à un morcellement du budget résultant de la séparation entre le budget d'investissement et le budget de fonctionnement ; des passifs éventuels potentiellement importants ; des écarts considérables entre les budgets d'investissement approuvés et les budgets exécutés ; des longs retards et des surcoûts pendant l'exécution des projets. Pour la formulation, l'Algérie utilise un système de classification obsolète avec la lourdeur des procédures qui empêchent la clôture rapide de la période de fin d'exercice pour l'arrêt du budget du fait que le système de gestion budgétaire du pays est inadapté et a besoin d'être considérablement revu , ces surcoûts de transaction étant amplifiés par les longs circuits d'information, avec le chevauchement des responsabilités entre les diverses autorités et parties prenantes (25 commissions ministérielles et 48 commissions de wilaya dans le cas du PSRE). Le guide de management des grands projets d'infrastructures économiques et sociales élaboré en 2010 par la caisse nationale d'équipement pour le développement (CNED) sur le contrôle financier et la dépense d'équipement, stipulant que toutes les études de maturation des projets devront être validées par la CNED, avant le lancement des projets, et la soumission de toute réévaluation des projets au delà de 15%, à l'aval du Conseil des ministres, contribueront ils à affiner l'action des pouvoirs publics en matière d'efficience des dépenses publiques ? Ces mesures mettront-elles fin au gaspillage des ressources eu égard au surcoût caractérisant la majorité des mégaprojets et surtout de la léthargie du système financier lieu de distribution de la rente.  
5.-Le système financier algérien est dans l'incapacité d'autonomiser la sphère financière de la sphère publique, cette dernière étant totalement articulée à la sphère publique dont l'Etat est actionnaire à 100%, le privé local ou international étant marginal, et les dernières mesures contenues dans la loi de finances 2010 devraient encore le restreindre. Après plus de 10 années d'ouverture, le marché bancaire algérien selon le rapport de la banque d'Algérie, de 2009 se compose de six banques publiques et de quatorze banques privées, mais ne devant pas confondre l'importance du nombre de banques privées actives en Algérie, puisque 90% du financement de l'économie algérienne dont 100% secteur public et plus de 77% secteur privé, se fait par les banques publiques avec une concentration au niveau des actifs de plus de 39% au niveau d'une seule banque, la BEA, communément appelé la banque de la Sonatrach. Seulement 10% du financement de l'économie sont pris en charge par les banques privées, (moins de 6000 personnes sur un total d'emplois de plus de 35.000) avec une concentration de plus de 52% toujours pour les actifs pour trois banques. De ce fait, le passage du Remdoc au crédit documentaire Crédoc, introduit par les lois de finances 2009/2010 comme seul mode  de financement ainsi que la règle des 49/51%  n‘ ont  pas permis de limiter les importations qui ont explosé, (importations de biens et de services plus de 65 milliards de dollars pour 2013/2014) pouvant  devenir d'une efficacité limitée pénalisant bon nombre de PME/PMI majoritaires en Algérie qui n'ont pas de couvertures financières suffisantes, et obligeant bon nombre de grandes entreprises publiques faute de management stratégique, à des surstocks coûteux. La raison fondamentale est que le système financier algérien bureaucratisé (guichets administratifs) est déconnecté des réseaux internationaux  démontrant une économie sous perfusion de la rente des hydrocarbures, les banques prenant peu de risques dans l'accompagnement des investisseurs potentiels.
6.-Que deviendra l'Algérie avec la baisse de ses recettes car malheureusement, malgré tous les discours depuis plus quarante ans, en ce mois de novembre 2014 l’Algérie est toujours une économie rentière. Sonatrach c’est l’Algérie et l’Algérie c’est Sonatrach. Les réformes impliquent donc une société où domine un Etat de droit, où c'est la norme du droit qui devrait reprendre sa place pour légitimer le véritable statut de la citoyenneté. Le passage de l'Etat de « soutien » à l'Etat de droit est de mon point de vue un pari politique majeur car il implique tout simplement un nouveau contrat social et politique entre la Nation et l'Etat. La présentation du bilan socio-économique montre clairement le manque de visibilité et de cohérence, fruit de rapports de forces contradictoires pour le partage de la rente des hydrocarbures avec une concentration excessive pour une minorité rentière et un paradoxe, une aisance financière et des inquiétudes pour l'avenir. Sans  un retour à la confiance impliquant la moralisation de ceux qui dirigent la cité, devant donner  l’exemple pour mobiliser la société, il est impossible d’envisager les reformes structurelles fondement du développement durable. Face à cette situation d'incertitudes, tout le monde veut avoir sa part de la rente  hypothéquant l'avenir des générations futures. La distribution récente de salaires sans contreparties productives, sous la pression des événements en est le témoignage vivant. Le danger qui guette donc l'Algérie est d'aller vers un suicide collectif. Un débat national sans exclusive, le blocage étant d‘ordre systémique, devient urgent afin de réaliser un développement harmonieux et une transition démocratique pacifique s'adaptant tant aux mutations sociales internes qu'aux nouvelles mutations mondiales.   

 

Dr Abderrahmane MEBTOUL
Samedi 1 Novembre 2014 - 16:38
Lu 700 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+