REFLEXION

Oran a enfin « l’aéroport » tant attendu qu’elle mérite



Oran a enfin «  l’aéroport » tant attendu qu’elle mérite
Le transfert des départs et arrivées des vols internationaux vers le nouveau chapiteau érigé en terminal d’aéroport n’aura finalement duré que trois jours, et pour désengorger l’ancienne enceinte, encombrée en cette période estivale les gestionnaires concernés ont préféré transférer les vols intérieurs. Le chapiteau très contesté, sera donc consacré aux départs et arrivées des lignes nationales, cette mesure de « remplacement » a été prise pour corriger les grandes contraintes rencontrées par le transfert des flux d’émigrés vacanciers vers ce chapiteau éloigné et privé des structures d’accueil les plus élémentaires, faut-il croire que les passagers des vols intérieurs des citoyens résidants en Algérie seraient plus «aptes » à supporter les désagréments et l’isolement du chapiteau terminal construit à la hâte pour l’accueil des invités du fameux GNL 16 ? selon nos informations dignes de bonne foi les responsables de l’EGSAO et d’air Algérie cette mesure a été prise car le « trafic interne par rapport aux vols internationaux » exige beaucoup moins de temps de traitement raison des procédures simplifiées pour les passages, ce qui dans autre sillage signifie bel et bien que ce chapiteau construit à l’aéroport d’Es-Senia dans les conditions que l’ont connaît ne peut en aucun cas servir de terminal utile et fonctionnel pour les vols internationaux, on serait donc en droit de se demander pourquoi et comment cette dépense publique colossale a été ordonnée et exécutée sans la moindre contestation de la part de ceux qui aujourd’hui signalent toutes les lacunes, contraintes et difficultés qui rendent ce chapiteau impossible à exploiter, comment expliquer qu’un tel ouvrage jugé aujourd’hui aussi lourd qu’inutile par la majorité du personnel d’exploitation concerné n’a jamais soulevé avant sa réalisation la moindre critique ou protestation de la part de ceux qui en principe seraient des experts dans le fonctionnement et la gestion des terminaux d’aérogare ? toujours est-il qu’aujourd’hui le vieil aéroport de la capitale de l’ouest du pays reste lui aussi plongé dans les tâtonnement et le bricolage propre à une malédiction locale « devenue fatalité, l’aéroport international d’Alger reflet de la première image du pays pour un visiteur étranger a été fort heureusement reconstruit et aménagé dans les normes à la hauteur des besoins, mais l’aéroport d’Oran, la deuxième ville du pays, est reste depuis longtemps marginalisé et piégé de par des médiocres replâtrages érigés en modèle de gestion des besoins à plus long terme, une nouvelle piste d’atterrissage de gros porteurs a été certes réalisée malgré toutes les péripéties connues autour de la gestion et du suivi de ce marché, mais l’aéroport en elle même vieille déjà de trois décennies et qui ne répond plus depuis longtemps au trafic aérien normal et aux fortes pressions estivales méritait un traitement plus juste et plus rationnel, une vraie grande structure dotée de toutes les commodités, qui soit à la hauteur et les besoins et des ambitions d’El Bahia Wahran, et cependant non pas ce grand chapiteau digne des cirques des agitations et des médiocres approvisionnements marquant toute l’arène locale, la ville de Sidi El Houari, finalement n’a que l’aéroport qu’elle mérite.

N.Bentifour
Mardi 14 Septembre 2010 - 00:01
Lu 1172 fois
RÉGION
               Partager Partager


1.Posté par Kader le 25/04/2012 13:12
Et voilà Avril 2012 Rien à l'horizon ! pas un coup de pelle , rien le wallou !!
Comme d'habitude beaucoup de blabla pour rien .....

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+