REFLEXION

Oran : La femme s'implique sérieusement en politique



Elle en est consciente. C'est le deuxième scrutin de l'Algérie indépendante dans lequel les partis politiques sont contraints par la loi à réserver un quota de 30% à la gent féminine. La place de la femme dans le monde politique prend la forme d'une réalité en Algérie. Cette réalité s'illustre présentement à travers les premières actions entrant dans le cadre de la campagne électorale portant sur les joutes du 29 du mois en cours. Le FLN, qui s'est prononcé pour le rétablissement de ce qu'il considérait avant la promulgation de la loi, comme une situation malheureuse, allusion à l'absence de femmes dans les assemblées élues, a pour cette élection respecté à la lettre le quota de femmes, allant jusqu'à les placer en première loge de ses listes afin de leur permettre d'être effectivement élues. Depuis l'ouverture de la campagne dimanche dernier, les femmes étaient sur le terrain comme leurs homologues masculins avec cependant, une volonté farouche de montrer qu'elles sont à la hauteur. Nous l'avons vérifié en suivant une candidate de la liste FLN pour l'APW d'Oran, qui tenait une conférence électorale au siège du parti. Devant un parterre de femmes venant de divers horizons, l'avocat de profession a tenu un discours qui n'a rien à envier à celui développé par ses pairs masculins. Visiblement au fait de la réalité locale, Me Bourokba Fatiha s'est directement intéressée aux préoccupations de l'heure. Loin de verser dans le féminisme, la conférencière a, tout en développant le programme du parti qu'elle représente, mis le doigt sur les insuffisances qui empestent la vie des habitants de la commune d'Oran, mettant en exergue l'impératif d'une participation accrue du mouvement associatif. «Nous allons nous concerter avec vous à la moindre initiative qui touche de près ou de loin à vos préoccupations», a-t-elle rassuré. Répondant aux interrogations de l'assistance, Maitre Bourokba Fatiha    met en valeur la politique locale, décidée, dira-t-elle, en commun accord avec l'ensemble des candidats de la liste FLN. «Avant de venir vers vous, nous  avons murement réfléchi sur les voies et moyens à mettre en œuvre pour améliorer les conditions de vie de la cité», explique-t-elle non sans revenir sur la volonté de l'équipe postulante à associer le citoyen dans la concrétisation de ce programme. Tout comme les autres partis politiques, le FLN d'Oran, qui est dirigé depuis plus de six ans par une femme, actuellement députée vice-présidente de l'APN, ambitionne, à travers la composante de ses listes, de revaloriser la représentativité de la femme dans les institutions locales. Elles sont dix à figurer sur la liste pour les commandes de la municipalité du chef-lieu. Certaines d'entre elles seront à coup sûr élues. Ces candidates confirmées sur tous les plans seront en face d'un nouveau rôle, qu'elles doivent assurer sans complexe, comme cela se fait déjà durant ce début de campagne. Il reste à vérifier cette ferveur et cet engagement dans l'exercice proprement dit du mandat de l'élu. 

Medjadji.H
Mardi 20 Novembre 2012 - 00:00
Lu 382 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+