REFLEXION

Oran : Avec la complicité de trois douaniers, d'un gendarme et d'un faux officier de l'ANP, une fonctionnaire a payé un faux visa à 35 millions.



Oran : Avec la complicité de trois douaniers, d'un gendarme et d'un faux officier de l'ANP, une fonctionnaire a payé un faux  visa à 35 millions.
Au moment de l’embarquement, elle était en possession d’un faux passeport algérien muni d’un faux visa français et d’une fausse carte de séjour française également. Au cours de l’audience d’hier matin, le représentant du ministère public près la cour d’appel d’Oran a requis le maintien de la condamnation prononcée en première instance.
Les faits remontent au mois de mai dernier au niveau du port d’Oran, où la police de des frontières (PAF), a mis la main sur une femme connue dans le milieu oranais, qui tentait de quitter le territoire national à l’aide de faux documents. La femme incriminée avait des complicités à l’intérieur de la gare maritime. En effet, les premiers éléments de l’enquête ont révélé qu’il s’agissait de trois agents des douanes dont deux femmes, un commerçant au sein même de l‘enceinte portuaire, d’un gendarme relevant du 2ème Commandement de la Gendarmerie Nationale et d’un faux officier, prétendant faire partie du service des investigations et du renseignement militaire. Ce dernier, a été condamné en première instance par le tribunal correctionnel d’Oran à un an de prison ferme pour usurpation de fonction et trafic d’influence. Concernant les autres inculpés, ils ont écopé d’un an de prison avec sursis pour faux et usage de faux. A la barre, l’accusée principale a déclaré qu’elle avait l’intention de quitter le pays pour rejoindre son mari de nationalité française, chrétien reconverti à l’Islam dernièrement. Pour les deux douanières, elles ont nié en bloc toute complicité et qu’elles ignoraient complètement que les documents de transport étaient faux et qu’elles regrettaient de ne pas vérifier minutieusement les dits documents, prétextant que ceci est du essentiellement à la tension quotidienne qui sévit à l’embarquement notamment avec le flux des passagers ces derniers jours. Appelé à la barre, le gendarme, niait être au courant que son acolyte serait un faux officier, autrement il ne serait pas intervenu pour régulariser la situation de la femme incriminée. Après les différentes plaidoiries, le juge d’audience de la cour d’appel a décidé de laisser le verdict en délibéré jusqu’à la semaine prochaine.

Y. Zaza
Lundi 10 Août 2009 - 08:02
Lu 2270 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 10-12-2016.pdf
3.37 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+