REFLEXION

On est en retard !?



L’Algérie vient de manquer une nouvelle opportunité de se mettre sur le podium des pays les plus attractifs du Maghreb, à l’heure où les autres pays de la région se battent inlassablement afin de réussir la transition démocratique. La règle des 51/49% ne cesse de hanter les milieux d’affaires européens, très intéressés pourtant à exporter leur business, vers les pays du Maghreb surtout. A ce titre, l’Algérie fait encore face aux contrecoups provoqués par la règle des 51/49% imposée aux investisseurs étrangers désirant s’implanter dans le pays. Cette loi s’érige en principal obstacle juridique à l’afflux des IDE vers l’Algérie. Malgré les appels du secteur privé qui juge la loi des 51/49% trop générale et figée, à l’instar du Forum des chefs d’entreprises (FCE), les autorités algériennes ne donnent guère de signaux encourageants quant à l’amélioration du cadre de l’investissement étranger-la législation sur le change a d’ailleurs été durcie en août dernier-. Certains représentants du patronat semblent cependant vouloir donner crédit au gouvernement nommé en septembre dernier pour mettre en place les réformes demandées en faveur du secteur privé. Globalement, les investisseurs étrangers restent prudents pour la région du Maghreb ; le Maroc tire son épingle du jeu, mais c’est à peu près le statu quo dans les pays du Maghreb. L’Algérie vient de manquer une nouvelle opportunité de se mettre sur le podium des pays les plus attractifs du Maghreb, à l’heure où les autres pays de cette région se battent inlassablement afin de réussir la transition démocratique.

Riad
Vendredi 29 Novembre 2013 - 17:05
Lu 155 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+