REFLEXION

Oh ! Petit Nicolas…

C’est qui le Petit Nicolas papa, fait-il partie des sept nains ? Euh ! On peut dire ça, mais pas tout à fait ça, il fait un peu plus, ne le blâmons pas surtout, ce n’est de sa faute s’il est tout aussi petit aujourd’hui.



Oh ! Petit Nicolas…
Vois-tu, mon fils, le problème du petit Nicolas, c’est qu’il a grandi tout en étant petit. Petit en tout. Il a grandi tellement vite, qu’il n’a jamais songé à faire attention à ses mensurations. Il voulait arriver à tout prix, il voyait grand et loin, il avait une ambition telle qu’il me fait songer à ce petit récit imaginaire sous forme de vers, qu’on récitait à l’école, en classe élémentaire. C’était la fable de la « grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf ». Est-elle parvenue à atteindre le volume du bœuf, papa ? Eh !!! Non, la grenouille, à force de gonfler, elle a tout simplement éclaté, c’est triste, mais si ce n’était son obstination… ! Mais notre petit Nicolas n’éclate pas, et comme pour marquer sa présence et attirer l’attention sur lui, il s’entête à vouloir bomber le torse chaque fois qu’il en ressente le besoin. Pourtant le petit Nicolas connait très bien cette fable, mais hélas ! Il a toujours rêvé du pouvoir absolu, au point peut-être de se comparer à Nicolas 1er de Russie (Nikolaï Pavlovitch Romanov), empereur de Russie, Roi de Pologne et Grand-duc de Finlande. Que sais-je ? Ah ! Si j’avais tout ce territoire devait-il se dire le petit Nicolas, l’hexagone lui parait si petit, qu’il en étouffe, le sang Hongrois court toujours dans ses veines, la conquête d’autres espaces s’avère indispensable voire impérative pour lui. Alors comment faire ? Pour sortir de cette nonchalance apathique, il actionna le bouton de la propagande en utilisant les adeptes de la secte (les reconvertis de la 25eme heure), mais contrairement à son ancien grand ami le « Buscher », sorti, lui par la toute petite porte, le petit Nicolas ne possède pas les mêmes biceps, alors, il s’en remet à des réseaux qui ne font pas partie de l’appareil de l’Etat, pour pouvoir prendre le relais ensuite et se positionner en Grand Nicolas, tout petit qu’il est. Il veut sans doute impressionner et laisser son empreinte dans l’histoire à l’image de Nicolas 1er, fils du Tsar Paul 1er, qui mena une guerre implacable contre la Perse en 1826. Oh ! Petit que tu es, saches que tu le resteras à jamais et tu ne grandiras point. Ce sont les grands hommes qui font l’histoire pas les petits. La Perse d’antan, n’est plus celle d’aujourd’hui et le Maghreb non plus, les africains de l’après guerre ne sont plus ceux du 21eme siècle, finit le protectorat et les chasses gardées, mon petit. Un proverbe arabe dit : « Tant que t’es petit joues devant chez toi, une fois tu grandiras, on verra ».

Amara Mohamed
Jeudi 16 Juillet 2009 - 08:07
Lu 852 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+