REFLEXION

OUYAHIA PERSISTE ET SIGNE DEVANT LES DEPUTES : Djezzy sera rachetée par l’Etat Algérien

Ouyahia au summum, imperturbable comme à son habitude, il a lâché son scoop au moment voulu. C’est dans l’enceinte de l’hémicycle de Zighoud Youcef, que le chef du gouvernement a mis un terme à toutes les rumeurs en tonnant : « Notre seul interlocuteur qui a signé le contrat avec nous c’est OTA Orascom et Djezzy sera rachetée par l’Etat Algérien ».



OUYAHIA  PERSISTE ET SIGNE DEVANT LES DEPUTES : Djezzy  sera rachetée par l’Etat Algérien
Voilà qui est au moins clair et ne souffre d’aucune ambiguïté concernant le rachat de l’opérateur mobile Djezzy. Le dossier de Djezzy Orascom est très bien pris en charge par le gouvernement. M.Ahmed Ouyahia, a été intransigeant là-dessus, il a tenu à mettre un terme à certaines supputations et à certaines rumeurs et pour ce, il a rappelé à tous ceux qui doutaient de la gestion du dossier, que l’Etat Algérien rachètera Djezzy dans sa totalité et qu’il n’y a pas de place à d’autre issue. « Les Russes ne sont pas nos partenaires dans ce dossier, nous n’avons signé aucune transaction avec eux, donc ce qui se dit et se fait ailleurs ne nous intéresse nullement ». Sans tourner autour du pot, le chef du gouvernement réaffirme que Djezzy sera la propriété de l’Etat Algérien et que nul n’a le droit de se l’approprier. La messe est dite. Il lança par ailleurs que l’opérateur de la téléphonie mobile devra se soumettre à quatre conditions préalables susceptibles de lui faciliter la signature de la transaction. Le détenteur des actions d’OTA est appelé d’abord à régler son redressement fiscal pour l’année 2008/2009, évalué à 17 milliards de dinars. Ce montant est considéré comme dette que Djezzy doit payer. La deuxième condition concerne le règlement par la société Djezzy de sa dette contractée auprès d’autres parties en Algérie. OTA est appelée, aussi, à payer ses dettes auprès de l’Autorité de régulation de la Poste et des télécommunications, l’ARPT. Pour ce qui est des travailleurs de Lacom, opérateur de téléphonie fixe dissous, affilié à OTA, le premier ministre somme Djezzy de régler la situation de ses travailleurs. Enfin la dernière condition est relative au dépôt de plainte par la Banque d’Algérie contre cette société. Le Premier ministre écarte toute éventualité d’une transaction si OTA ne répond pas devant la justice concernant l’accusation portée contre elle, par la Banque d’Algérie pour fraude dans le transfert illégal d’une somme de 190 millions de dollars vers l’étranger. Conformément à la législation algérienne, la société Djezzy doit payer, comme dernière condition, 20% de la plus-value à l’Algérie au moment de la vente. Pour la première fois, selon certains observateurs, la communication est passée concernant le dossier d’OTA Orascom. M.Ouyahia n’a pas mâché ses mots, il l’a clairement dit : « l’Algérie ne reconnaitra en aucune manière la transaction signée entre les Egyptiens et les Russes et dit même l’ignorer, l’Etat Algérien se réfère à la législation algérienne en la matière et rien d’autres ».

Amara Mohamed
Mardi 2 Novembre 2010 - 00:01
Lu 493 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+