REFLEXION

OUVERTURE DU DOSSIER DE LA FRAUDE ELECTORALE A SKIKDA : L’ex maire et le SG de la commune de Karkara devant le juge d’instruction



Le juge d’instruction prés le tribunal de Collo, a entendu plusieurs personnes au sujet des fraudes qui ont entachées les dernières élections communales à la commune de « Karkara » selon des sources concordantes. Parmi les personnes convoquées par le juge d’instruction, figurent l’ex P/APC de Karkara, d’obédience, parti du Rassemblement National Démocratique (RND), le Secrétaire Général (SG) de la dite commune, des employés actuels parmi le personnel de la commune, parmi eux, trois femmes, ainsi que des présidents et des secrétaires de bureaux de vote selon la même source. Le juge d’instruction a également convoqué le candidat FLN tête de liste, le plus lésé  par l’opération de fraude qui semblerait-elle,  avoir touché d’innombrables cartes d’électeurs. La question posée par le juge d’instruction s’est orientée sur les raisons qui ont laissé des  personnes voter plus d’une fois, en plus des conditions ayant permis à plusieurs citoyens l’obtention de plus d’une carte d’électeurs, sachant pertinemment que cela relève des prérogatives de la commune, considérée comme l’unique partie chargée par la loi à la remise des cartes d’électeurs selon la même source. Ces fraudes  qui ont engendré un grand scandale, ont poussé à l’ouverture du dossier relatif au scandale des fraudes qui ont entouré les dernières élections communales de Karkara, un dossier qui a pris beaucoup de temps pour clore le suspense qui s’est emparé de la commune de Karkara et de ses habitants, plus particulièrement au milieu de ceux qui ont  véhiculé des informations sur l’implication de personnes ayant voter plus d’une fois, dans plus d’un bureau. En outre, il est à rappeler que cette affaire a éclatée juste après les élections communales suite à une plainte reçue par les instances officielles de la part du parti FLN, sur les failles qui ont entouré le scrutin, avec des preuves irréfutables à l’appui, qui font foi de beaucoup de fraudes, que les responsables concernés par ces élections ont tenté de camoufler par l’utilisation d’un encre normal, au lieu d’un encre phosphorescent comme le stipulent les recommandations du  ministère de l’intérieur selon la même source. Dans l’attente de l’enquête judiciaire, beaucoup de supputations se posent autour de la nature de l’accusation qui peut être prononcée à l’encontre des personnes impliquées, et le nombre de personnes qui pourraient être inculpées notamment qu’un grand nombre de personnes convoquées pour enquête, sont des ex élus, où de présents employés.                     

Touffik
Mardi 12 Novembre 2013 - 18:07
Lu 203 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+